Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

EDITO

Produits toxiques : à la recherche d’une solution équilibrée

Publié le 05/04/2013 • Par Jacques Paquier • dans : Billets finances

Jacques Paquier, rédacteur en chef délégué Finances de la Gazette des communes
Jacques Paquier, rédacteur en chef délégué Finances de la Gazette des communes P. Marais
En marge du dernier épisode en date, l’appel par Dexia de la décision du TGI de Nanterre du 8 février dernier, le dossier des emprunts toxiques continue de mobiliser les énergies à la recherche d’une solution équilibrée.

Dans le dossier fou des emprunts toxiques, un règlement raisonnable est-il encore possible ? Certains y travaillent en tout cas, au sein des différents ministères concernés notamment. Le jugement intervenu le 8 février dernier dans le contentieux opposant le conseil général de Seine-Saint-Denis à Dexia (qui vient de le contester en appel), laisse planer un risque gigantesque pour le système bancaire dans son ensemble.
« Il est faux d’avancer que seule la Sfil, qui a hérité du portefeuille toxique de Dexia, est concernée. L’absence de TEG sur les fax de confirmation des prêts, sur laquelle le TGI de Nanterre a fondé sa décision en faveur du conseil général de Seine-Saint-Denis, caractérise un volume considérable de prêts, et quasiment tous les établissements de la place », fait valoir un expert.

Risque systémique. Si, d’aventure, tous les contrats en cause se retrouvaient ramenés au taux légal, le séisme et ses conséquences potentielles apparaissent incommensurables. C’est ce qui explique pourquoi les rumeurs d’une loi balai, adoptée pour éviter que le jugement du 8 février soit confirmé, vont bon train.

Mais un tel geste semble improbable. « On ne peut improviser sur un sujet aussi sensible », confie un proche de Pierre Moscovici.
La solidité juridique d’un texte de loi justifiant a posteriori l’absence de TEG apparaît en effet très incertaine. Il faudrait en outre que les parlementaires – rappelons que certains sont élus locaux – votent un tel texte.

Taxer les banques. « Nous recherchons une solution équilibrée, concertée, et juste », poursuit un conseiller technique. Le règlement par les collectivités de leur soulte, préconisée par l’Inspection générale des finances dans un rapport saugrenu, semble aussi improbable qu’injustifiée, vu les montants en cours.
Une des solutions pourrait être d’étoffer le fonds d’aide aux collectivités, créé par la loi de finances rectificative pour 2012, mais doté de 50 millions d’euros seulement.

Une telle manne permettrait de favoriser les règlements des dossiers les plus critiques, au cas par cas. Les banques pourraient l’abonder.
Ainsi, chacune des parties responsables de ce désastre contribuerait à son règlement : l’Etat, qui n’a rien vu de la toxicité de ces contrats, les banques, qui les ont inventés et vendus sans vergogne, et les collectivités, qui les ont aveuglément signés.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Produits toxiques : à la recherche d’une solution équilibrée

Votre e-mail ne sera pas publié

Philippe LAURENT

07/04/2013 04h39

Entièrement d’accord avec Jacques Paquier sur son analyse. Mais pas sur ses conséquences. Il n’y a strictement aucune raison pour que les collectivités locales qui n’ont pas signé d’emprunts « toxiques » participent de quelque façon que ce soit à l’apurement de la situation créée par les autres et par les banquiers. D’autant qu’elles n’ont bénéficié des gains de frais financiers des premières années ! Le fonds d’aide alimenté par des ressources locales est un véritable hold-up, organisé et manipulé par quelques élus influents au mépris de toute justice. Il ne peut être question d’accepter de continuer à l’alimenter.

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement