Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

De nouvelles idées pour résoudre la crise du logement

Publié le 29/03/2013 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

Le colloque parlementaire consacré aux leviers pour stopper la crise du logement, organisé jeudi 28 mars 2013 par les députés Benoist Apparu (UMP) et Audrey Linkenheld (SRC), a été l’occasion de revenir sur les annonces récentes du président de la République, mais aussi de souligner les manques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Une satisfaction globale, mais de grosses lacunes, comme celle de la fiscalité foncière, tel est le résumé de l’avis des professionnels et universitaires qui se sont succédé à la tribune le 28 mars dernier.

Collectivités et professionnels sont dans l’attente des premières cessions de terrains publics par l’Etat et ses établissements publics, mais rappellent que le foncier n’est pas que dans les mains du secteur public. « Tout le monde est d’accord pour inverser la logique de la fiscalité foncière, qui repose sur la durée de détention. Il faut s’y attaquer », a résumé le sénateur (PS) Claude Bérit-Débat.

« Aller vers un taux progressif pour la taxation des plus-values sur les cessions de foncier est une mauvaise idée, cela représente une véritable usine à gaz. Il faut caler la fiscalité sur la valeur réelle des terrains, là est la véritable équité fiscale. Aujourd’hui, faire de la rétention foncière relève de la rationalité économique », juge Vincent Renard, directeur de recherches au CNRS, qui estime que la France est totalement bloquée sur cette question du foncier.
« Supprimer les règles, libéraliser le droit de l’urbanisme est une fausse piste, ajoute-t-il. Il y a bien une surabondance de droit, mais qui ne doit pas être assimilée avec le frein foncier ».

Transférer droit de préemption et autorisations de construire – Plusieurs des participants, comme Claude Bérit-Débat se sont félicités de l’inscription dans le projet de loi décentralisation du plan local d’urbanisme élaboré au niveau intercommunal, tout en reconnaissant que cette proposition ne fait pas l’unanimité chez les élus locaux.
Vincent Renard va plus loin, et réclame le transfert à l’intercommunalité du droit de préemption et de la délivrance des autorisations de construire, « mais les maires ne sont pas prêts à se départir de ce pouvoir », reconnaît-il.

Jean-Claude Driant, professeur à l’Institut d’urbanisme de Paris, s’est inquiété de la fusion déjà entérinée du plan local d’urbanisme et du programme local de l’habitat dans un document unique : « Faire du PLH une annexe du PLU amène à en réduire considérablement l’importance. Même si les deux documents doivent entretenir des relations fortes, les fusionner amène à prendre un risque important quant à la qualité des politiques locales de l’habitat », met-il en garde.

A ce sujet, François Payelle, le président de la Fédération des promoteurs immobiliers, estime que « il y a un enjeu énorme sur l’équilibre entre l’objectif de l’Etat de construire 500 000 logements par an, et la façon dont les collectivités vont s’approprier cet objectif ».
Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice (PS) et présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d’HLM, est allée plus loin : « Que fait l’Etat pour contrôler que le total des objectifs de construction inscrits dans les PLH correspondent aux objectifs nationaux ? »

D’autant que, comme l’a expliqué Jean Claude Driant, « construire 500 000 logements par an, c’est extrêmement ambitieux, mais cela correspond à 1,4 % du stock de logements : c’est agir à la marge, et c’est une politique de long terme. Cela n’apportera pas de réponse aux situations urgentes »…

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

De nouvelles idées pour résoudre la crise du logement

Votre e-mail ne sera pas publié

ALIMAS

01/04/2013 05h11

(09A2531A01). IL EST DES TRAINS DE MESURES QU’ILS CONVENAIENT DE NE PAS DÉROUTER À VUE, SANS RISQUER DES DÉRAILLEMENTS ! Je reste convaincu que le présent gouvernement a «dérouter politiquement» une réelle capacité de résoudre une partie de la crise du manque de logements, en abrogeant dès son entrée en responsabilité, la loi lancée par SARKOZY, votée par les deux chambres parlementaires, à savoir les droits simplifiés sans modification ou révision des (PLU), d’augmenter de 1/3, les surfaces et volumes des constructions en cours, à venir et les droits d’aménagements des logements anciens. D’autant plus que tous ces projets de constructions et d’aménagements privés ou publics, auraient été des tremplins excellents pour les multiples petits chantiers supplémentaires et complémentaires qui se seraient ouverts aux contrats de génération.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement