Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

BAROMÈTRE EXCLUSIF LA GAZETTE - PRAGMA - EMPLOIPUBLIC.FR

Peu de pression mais une grande lassitude

Publié le 25/03/2013 • Par Laurence Denès Romain Mazon • dans : Dossiers Emploi

De façon générale, la pression ressentie par les fonctionnaires publics territoriaux n'est pas excessive. Elle est cependant plus forte en provenance de la hiérarchie que des usagers.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

EN PARTENARIAT AVEC sponsor du dossier Peu de pression mais une grande lassitude

Parmi les répondants, 58 % disposent du temps nécessaire pour travailler et 63 % de moyens matériels suffisants. Sans être négligeable, la pression exercée par la hiérarchie directe (56 % de « non ») comme par les usagers (64 %) n’est pas non plus ressentie de façon excessive.
A l’exception des services sanitaires et sociaux, pour 43 % desquels la pression des administrés est une réalité, le travail s’exerce donc dans un climat plutôt serein.

Risques psychosociaux – Les territoriaux se déclarent épuisés ! Deux sur trois accusent une fatigue physique, près de huit sur dix se sentent las nerveusement, voire intensément pour 39 % d’entre eux.

Les plus jeunes ne sont pas exempts de ce fléau (61 % d’opinions positives) et si la filière sanitaire et sociale en paie un plus lourd tribut (82 %), toutes les catégories se retrouvent à égalité devant cette tension.

Mais où celle-ci puise-t-elle son origine ? Le taux élevé d’interruption dans les tâches peut-être : 72 % des répondants y sont confrontés, dont 36 % « très fréquemment », ce taux croissant en fonction du niveau hiérarchique (40 % pour les agents de catégorie A) et s’élevant dans les plus petites communes (52 % pour celles de moins de 5 000 hab.).

L’injonction contradictoire, réputée pathogène, 84 % des agents la rencontrent ! Et, enfin, la désespérance : moins d’un agent sur deux croit en son propre avenir professionnel et deux sur trois n’entrevoient aucune perspective sur place.

Les territoriaux s’usent et s’inquiètent. Alors que l’équilibre entre vies professionnelle et personnelle diminue de cinq points de satisfaction (- 9 points chez les jeunes), attention donc aux risques psychosociaux

Conditions de travail satisfaisantes, mais usantes | Infographics

« De la dépression plus que de la fatigue »

La réaction de Florence Hutin Van Thuy, responsable du département santé et travail à l’Institut de Recherche et Prévention Santé (IRPS)

« Une – bonne – relation au travail passe par deux vecteurs essentiels : le sens de sa mission et le regard que l’autre lui accorde. Or, que semblent vivre les agents des collectivités territoriales sur ces deux plans ? Quelle est la valeur d’une tâche susceptible d’être sans cesse interrompue ? De quel sens relève-t-elle si elle peut être contredite, et par ceux-là même qui l’ont attribuée ?

Dans cet univers manquent cruellement les repères qui, en conférant importance à ce qui est fait, attribuent de l’importance à celui qui fait. Malgré des conditions de travail somme toute pas si défavorables, rien d’étonnant donc à ce que les agents des collectivités territoriales se sentent « vidés », physiquement et moralement, devant une telle absence de perspectives, à la fois collectives et personnelles puisque même leur propre avenir leur apparaît incertain.

Plus que de fatigue, c’est ainsi d’ennui et de démobilisation dont ils souffrent, atteints par une forme de dépression que les paroles ministérielles suffisent d’autant moins à atténuer qu’elles s’accompagnent, en parallèle, de coupes budgétaires.
Or, l’efficience n’a jamais fait sens à elle seule et, toujours traumatisés par les diatribes anti-fonctionnaires d’hier, les territoriaux ont besoin, pour retrouver leur allant, de remettre du lien et de la reconnaissance dans leur univers professionnel.
À défaut de quoi les collectivités risquent fort de connaître demain une flambée de troubles dont l’absentéisme serait une forme parmi d’autres… »

La méthode de l’enquête

Réalisé pour la seconde année pour La Gazette par le cabinet conseil en relations humaines PRAGMA, le questionnaire a été proposé via Internet. Sans prétendre à la représentativité d’un sondage, ce baromètre donne une photographie de l’opinion des 4 600 agents qui ont spontanément répondu, tous statuts, secteurs et collectivités confondus. Afin de garantir la pertinence du résultat au regard du poids respectif de chaque catégorie, un redressement statistique a été opéré.

2 Réagir à cet article
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Peu de pression mais une grande lassitude

Votre e-mail ne sera pas publié

mado

03/02/2014 10h41

Je suis surprise de l’absence de référence au poids des élus dans la qualité de l’ ambiance au travail. Si dans les grandes collectivités, les élus sont peu présents, il ne faut pas oublier que, dans les petites (la majorité en nombre), ils se prennent souvent pour des chefs de service, sans en avoir toujours les compétences et sans notion managériale.
Il faut noter aussi, depuis quelques années, l’appartion d’élus qui considèrent que le fonctionnaire est un « rival » et donc font tout pour le cantonner à des tâches inintéressantes, voire même qui sapent sciemment le travail des encadrants pour avoir main mise sur les agents d’éxécution et être sûr de ainsi detout contrôler.
Nombre de politiques aiment ainsi parler des « technos » quand ils parlent des fonctionnaireset se complaisent à dire qu’ils ont des idées mais que les « technos » leur mettent des bâtons dans les roues…;
le DGS et les cadres sont bien souvent ainsi les boucs émissaires et les premier à « abattre ». Il n’y a qu’à regarder la progression du nombre de contentieux dans ce domaine, et derrière chaque contentieux se cache une situation humaine.

pilou

18/07/2015 08h59

S ils ont le temps de reflechir et de s inquiéter d eux cela prouve qu ils feraient mieux de regarder ailleurs qu ils sont nombrilistes et égoïstes qu ils n ont qu a changer de travail par l imagination à temps perdu et ne pas se plaindre de faux problemes

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement