Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Propriété intellectuelle

Les communes membres d’un EPCI doivent-elles être consultées en ce qui concerne le dépôt du nom de l’intercommunalité dont elles font partie à l’INPI ?

Publié le 22/03/2013 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Non. Selon l’article L.711-1 du Code de la propriété intellectuelle (CPI), une marque de fabrique, de commerce ou de service est un signe susceptible de représentation graphique servant à distinguer les produits ou services d’une personne physique ou morale. Une dénomination géographique peut constituer un tel signe.

Une personne morale telle qu’un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) peut déposer une marque. Dans ce cas, cette opération doit faire l’objet d’une délibération approuvant le dépôt de la marque et autorisant le président de l’EPCI à signer les documents nécessaires auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI).

Aucune disposition ne rend obligatoire la consultation préalable de la commune centre ou principale, membre de l’EPCI, dont le nom constituerait ou ferait partie de la marque projetée. Toutefois, on peut relever que les conseillers communautaires issus de la commune concernée auront nécessairement pris part à cette démarche. Le cas échéant, dans un délai de deux mois à compter de la publication de la demande d’enregistrement de la marque, la collectivité concernée peut formuler des observations auprès du directeur de l’INPI en qualité de personne intéressée (article L.712-3 du CPI) ou s’opposer à la demande d’enregistrement si la commune est elle-même propriétaire d’une marque enregistrée ou déposée antérieurement, ou bénéficiant d’une date de priorité antérieure, ou propriétaire d’une marque antérieure notoirement connue (article L.712-4 du CPI).

La demande d’enregistrement peut également être rejetée si la marque est de nature à tromper le public, notamment sur la nature, la qualité ou la provenance géographique du produit ou du service (article L.712-7 du CPI). Cette hypothèse pourrait, en l’occurrence, être retenue s’il y a un risque de confusion entre des actions menées par l’EPCI sous la marque comportant le nom d’une de ses communes membres et des actions menées par la commune en son nom propre.

Par ailleurs, il est rappelé qu’aux termes de l’article L.711-4 du CPI, un signe portant atteinte à des droits antérieurs, notamment au nom, à l’image ou à la renommée d’une collectivité territoriale, ne peut être adopté comme marque.

Domaines juridiques

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les communes membres d’un EPCI doivent-elles être consultées en ce qui concerne le dépôt du nom de l’intercommunalité dont elles font partie à l’INPI ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Stephanie Ouvrard

16/12/2013 03h18

bonjour,
je voudrais savoir quel nom utiliser pour les contrats ou conventions signés par l’EPCI si le nom arrêté par le préfet lors de sa création est différent du nom de marque retenu par l’EPCI ?
merci de vos lumières

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement