Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Environnement

Midi-Pyrénées. 10.000 euros d’amende requis contre l’ex-directeur d’AZF pour pollution

Publié le 05/12/2006 • Par La Rédaction • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Dix mille euros d’amende ont été requis le 4 décembre devant le tribunal correctionnel de Toulouse à l’encontre de l’ancien directeur de l’usine chimique AZF Serge Biechlin pour « rejet en eau douce de substance nuisible au poisson ou à sa valeur alimentaire ». L’affaire a été mise en délibéré au 28 février.
Serge Biechlin avait autorisé le déversement de plusieurs tonnes d’ammoniac liquide dans le bras inférieur de la Garonne entre le 17 et le 19 octobre 2001, près d’un mois après l’explosion de l’usine appartenant à la société Grande Paroisse (groupe Total), qui a fait 30 morts et des milliers de blessés.
Le rejet avait pollué le fleuve sur 1,5 km de long et entraîné la mort de 8.000 poissons.
« L’ensemble du réseau gazeux était affecté suite à l’explosion d’AZF, nous ne pouvions plus gérer les dégagements d’ammoniac dans l’atmosphère », a expliqué Serge Biechlin.
« La Drire (Direction régionale de l’industrie de la recherche et de l’environnement, ndlr) n’a pas souhaité que nous brûlions l’amoniac par crainte des réactions du public. Nous avons donc privilégié le déversement dans la Garonne », a précisé l’ancien directeur d’AZF.
Mais le volume d’azote ammoniacal déversé dans le fleuve était supérieur aux 900 kg/jour autorisé par la préfecture. « Le stock qui contenait l’amoniac était sans doute fissuré », a expliqué Serge Biechlin pour justifier le dépassement.
Pour Maître Laurent de Caunes, avocat du Syndicat mixte d’études et d’aménagement de la Garonne, également partie civile, « il fallait choisir la solution d’un industriel civique : le stockage dans une cuve ».

Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Midi-Pyrénées. 10.000 euros d’amende requis contre l’ex-directeur d’AZF pour pollution

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement