logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/159786/le-conseil-general-des-alpes-maritimes-prend-les-commandes-du-fleuve-var/

DÉCENTRALISATION
Le conseil général des Alpes-Maritimes prend les commandes du fleuve Var
Paul Molga | Régions | Publié le 20/03/2013

La basse plaine où débouche le fleuve fait l’objet d’une vaste opération d’aménagement. La collectivité veut en maitriser le risque d’inondation. La propriété et la gestion de la basse vallée du Var qui coule à l’ouest de Nice a officiellement été transférée, vendredi 15 mars 2013, au conseil général des Alpes-Maritimes après le refus de la région d’en prendre la responsabilité dans le cadre de la loi du 13 août 2004 sur la décentralisation, ont annoncé les autorités locales vendredi 14 mars 2013.

Quelques 21km du fleuve sont concernés entre le confluent de la Vésubie et l’embouchure en mer. Le domaine public fluvial transféré comprend également dix-huit vallons, dont cinq feront l’objet d’une autre convention de transfert à la Métropole Nice Côte d’Azur qui en assure déjà l’entretien.

L’ensemble des opérations est réalisé à titre gratuit. « Ce transfert de compétence va permettre une gestion de proximité plus réactive qui s’inscrit dans la continuité de l’action du conseil général sur la prévention des inondations », explique son président Eric Ciotti.

La plaine du Var où s’étend le fleuve avant de plonger en mer abrite 110 000 habitants et l’opération d’intérêt national Eco-Vallée high-tech qui doit voir émerger sur 10 000 hectares un modèle mixte d’immobilier tertiaire, de logements, et d’équipements de formation et de recherche irrigué par un pôle d’échange multimodal qui doit relier les transports locaux, la ligne de TGV et l’aéroport.

En 2009, un Plan d’action prévention inondations (Papi) avait préparé le terrain en réalisant pour 23 millions d’euros de travaux destinés à protéger les berges des crus exceptionnelles comme celle de 1994 qui a noyé le quartier jusqu’à l’aéroport. Une seconde tranche de travaux devrait être bientôt engagée pour un montant de 66 millions d’euros destinée à consolider les digues.