Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

[Opinion] Formation

L’Inet n’est pas à vendre

Publié le 12/03/2013 • Par Auteur associé • dans : Actu Emploi, France, Opinions, Toute l'actu RH

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

François Deluga

François Deluga

Président du CNFPT

Une récente tribune publiée dans la Gazette (numéro du 18 février 2013, p. 19) prône la fusion entre l’Ecole nationale d’administration (ENA) et l’Institut national des études territoriales (Inet ) afin, nous dit-on, que le concept même de République décentralisée déploie pleinement son sens, servie par un corps transversal de hauts fonctionnaires.

Cette posture, qui oublie le besoin impérieux de mutualiser les ressources des 63 écoles de formation des fonctionnaires d’Etat, méconnaît à la fois les besoins des employeurs territoriaux et la réalité de la formation des cadres supérieurs territoriaux.

Capacités d’adaptation et de dynamisme – Le statut de la FPT a été pensé avec la décentralisation. Il a démontré ses capacités d’adaptation et de dynamisme. Il a su former des fonctionnaires habitués à respecter la légitimité et l’autorité de leurs élus, à les aider à concevoir et mettre en œuvre leurs politiques publiques, à comprendre qu’ils puissent se donner des obligations de résultats.

Le CNFPT, avec ses vingt-neuf délégations et ses cinq instituts, dont l’Inet , fonctionne désormais en réseau dont chaque composante produit et reçoit des ressources pour et de l’ensemble du réseau.

Ces échanges favorisent la construction et le partage d’une culture commune à l’ensemble des filières et des métiers territoriaux. Ainsi notre projet pédagogique vise à développer les compétences professionnelles et les logiques collaboratives plutôt que l’esprit de compétition, à susciter la créativité et non le conformisme, à encourager l’audace des analyses jusqu’à la décision, à partager les valeurs propres aux services publics, à offrir des parcours de progression professionnelle et de préparation opérationnelle, à favoriser l’attention aux êtres humains et aux réalités sociales.

Nous collaborons déjà avec l’ENA en produisant un module de formation initiale commun aux deux écoles et des actions communes, notamment dans le cadre du Pôle européen d’administration publique de Strasbourg.

Le CNFPT est ouvert à une coopération plus consistante avec l’ENA, comme avec les autres grandes écoles de l’Etat, quand cette démarche vient renforcer l’excellence et la pertinence de nos formations.

Se garder de la tentation des grands soirs institutionnels – Partageons un socle de valeurs du service public, mais gardons-nous de la tentation des grands soirs institutionnels, qui masquerait mal une volonté de mettre en cause la décentralisation.

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’Inet n’est pas à vendre

Votre e-mail ne sera pas publié

David MARTIN

13/03/2013 08h54

Mais qui voudrait acheter l’INET ? Une nouvelle fois, le complexe oedipien fondateur de la FPT et de l’INET nous conduit à un débat d’une grande misère intellectuelle : quel rapport entretenir avec l’ENA ? Alors que rarement (jamais ?) n’est évoqué l’ambition qui fonde a formation des dirigeants territoriaux, que le repli sur soi et le conservatisme font office de ligne pédagogique, qu’on ne sait de l’indigence des contenus de formation ou de la vacuité de la pensée stratégique ce qui est le plus dramatique, dans ce que la lucidité et l’honnêteté devraient nous faire considérer pour ce qu’elle est : l’INET est juste un passage pour un obtenir un grade, c’est à dire un statut et une rémunération, mais en aucun cas une grande école avec une puissance intellectuelle et académique à la hauteur de ces prétentions.

Enfin, il ne sugffit pas d’affirmer que l’INET (école centralisée et refermée sur elle-même) est le gardien de la d »décentralisation pour que ce soit le cas ; on peut même penser (et démontrer) que c’est l’inverse !

Sortons de la stricte rhétorique et des postures conservatrices et institutionnelles et affrontons le réel : aucune grande école, digne ce nom, ne voudrait acheter l’INET ! Et pour autant la FPT a besoin d’une offre de formation de très haut niveau, ouverte sur le monde et les enjeux et défis contemporains…

Un ancien élève administrateur…

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement