Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Présidence française : les acteurs locaux donnent de la voix

Publié le 01/06/2008 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : Dossiers d'actualité

A la veille de la présidence française de l'Union européenne, les acteurs locaux tentent de faire valoir leurs intérêts.

La place réservée aux collectivités était mineure. Ni l’immigration, encore moins la Défense, deux des trois priorités affichées en février par la France pour la présidence de l’Union européenne, ne figurent parmi leurs prérogatives-phares. A contrario, la lutte contre le réchauffement climatique, bien que menée à l’échelle continentale les concernent intimement.
Mais au lendemain du « Non » irlandais du 12 juin au traité de Lisbonne, alors que la France débute sa présidence de l’UE, la question institutionnelle et les pourparlers entre Etats devraient occuper tout l’espace ou presque.

Directive sur les SIG

Pour les acteurs locaux, tout est dans ce « presque ». Aussi donnent-ils de la voix. La Maison européenne des pouvoirs locaux français, réunion de la plupart des associations d’élus, réclame une directive-cadre sur les services d’intérêt général refusée par la Commission. L’Association des maires de France (AMF) et la Fédération nationale des sociétés d’économie mixte (FNSEM), soutenues par leurs homologues allemands, revendiquent « un libre choix des collectivités pour l’organisation, la gestion et le financement des services locaux ». L’Association des régions de France conteste les principes fondateurs de la Politique agricole commune. Elle défend aussi ardemment la stratégie de Lisbonne.
De son côté, Hubert Falco, ne remet pas en cause la priorité accordée à l’échelle de l’Union à la compétitivité et à l’économie de la connaissance. Mais le secrétaire d’Etat à l’Aménagement du Territoire souhaite profiter de cette présidence française pour élargir le spectre de la politique européenne de cohésion : à ses yeux, les dépenses en matière de logement social doivent être éligibles aux fonds structurels.

Cet article fait partie du Dossier

La présidence française de l'UE : les enjeux pour les collectivités

Prochain Webinaire

Education : soutenir et protéger les enfants et les agents

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Présidence française : les acteurs locaux donnent de la voix

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement