Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Dépendance

L’inextricable situation des logements -foyers

Publié le 07/03/2013 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Jean-Pierre Hottiaux

Jean-Pierre Hottiaux

Adjoint au directeur général adjoint, direction de la solidarité et de la prévention du conseil général de la Dordogne

L’article paru dans « La Gazette » du 14 janvier consacré à « la deuxième jeunesse des logements -foyers » (p. 20-21) appelle une réaction. En effet, il y est indiqué que les logements-foyers qui dépassent deux seuils réglementaires concernant la dépendance de leurs résidents (un groupe iso-ressources [GIR] moyen pondéré supérieur à 300 et un total des personnes en GIR 1 et 2 supérieur à 10 % de la population accueillie) doivent se transformer en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

Ce n’est pas faux juridiquement. Encore faudrait-il préciser que cette disposition reste théorique, puisque, faute de moyens, elle est inapplicable. Tel est le cas en Dordogne.

En effet, on se heurte au fait que l’agence régionale de santé n’autorise plus de nouveaux Ehpad. Le Plan solidarité – grand âge de 2008 est quasi soldé. Au demeurant, la configuration de certains de ces foyers n’autoriserait pas leur transformation en Ehpad en respect du cahier des charges de 1999, pour des raisons d’ordre architectural et-ou de capacité.

On bute aussi sur une autre difficulté : l’arrêté du 14 avril 2011 pris en application du Code de la construction et de l’habitat impose les seuils ci-dessus pour des considérations de sécurité.

Jusqu’à la parution de cet arrêté, les logements-foyers relevaient des normes « habitation », moins contraignantes que les normes « établissements recevant du public » des Ehpad.
Or les commissions de sécurité ont fait remonter au ministère la présence dans ces structures de personnes âgées dépendantes et qu’à ce titre les normes des Ehpad devaient leur être pleinement appliquées.

Selon les cas, les logements -foyers peuvent donc relever de prescriptions différentes de sécurité d’incendie : à la clef, des coûts importants de mise à niveau et le risque de fermeture administrative en cas de non-respect.

Ainsi, les logements-foyers qui excèdent ces seuils doivent réorienter leurs résidents devenus trop dépendants vers un hébergement adapté. Il est fortement conseillé d’envisager ce cas dans le contrat de séjour au moment de l’admission ou du renouvellement du séjour.
Le médecin territorial du conseil général est appelé à vérifier régulièrement le niveau de dépendance des résidents. Ses conclusions déterminent parfois des rappels à la réglementation.

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’inextricable situation des logements -foyers

Votre e-mail ne sera pas publié

David

08/03/2013 08h10

Attention de ne pas tout mélanger! La règlementation ne prévoit pas de passer de Foyer-Logement à EHPAD mais de Foyer-Logement à « Type J » et la différence est de taille! En effet le Type J relève bien de la règlementation des établissements recevant du public mais, à la différence d’un EHPAD, n’est pas médicalisé. Les mesures de prévention seront donc bien moindre.

Philippe

25/10/2013 10h12

encore des règlementations qui finissent par couter cher, donc alourdissent les déficits des caisses ARS et autres
ce n’est pas tant la réglementation qui est en cause, il en faut une, mais qu’elle soit bien faite dès le départ pour qu’elle puisse être appliqué sans ambigüité, et surtout qu’elle ne change pas tous les quatre matins.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement