Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Comme Nicolas Sarkozy, François Hollande mise sur la formation pour lutter contre le chômage

Formation professionnelle

Comme Nicolas Sarkozy, François Hollande mise sur la formation pour lutter contre le chômage

Publié le 05/03/2013 • Par avec l'AFP Agathe Vovard • dans : France

La réforme de la formation professionnelle présentée lundi 4 mars 2013 par François Hollande devra permettre de "raccourcir les délais entre la proposition d'une formation à un chômeur et son entrée effective en formation", a précisé mardi à l'AFP le ministre délégué à la Formation Thierry Repentin. Une volonté longtemps affichée par Nicolas Sarkozy.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

François Hollande et son gouvernement ont dû se rendre compte de l’ampleur de la tâche. Dans un premier temps annoncé pour l’été, le projet de loi de refonte de la formation professionnelle sera plutôt présenté en fin d’année.

Quoi qu’il en soit, le président de la République semble décidé à passer à l’action, et mener à bien une réforme qu’appelait régulièrement de ses voeux son prédécesseur Nicolas Sarkozy.

Objectif : remettre de l’ordre dans le maquis d’un secteur souvent décrié et le recentrer sur les jeunes et les chômeurs. Paradoxe de la formation professionnelle, elle bénéficie en effet en premier lieu aux cadres, aux salariés de moins de 40 ans et à ceux qui ont une bonne formation initiale, bref à ceux qui en ont peut-être le moins besoin.
Les autres catégories restent « dans l’angle mort », dit-on dans l’entourage du président.

Moyens doublés – « On va doubler les moyens pour que très rapidement une formation soit proposée », a promis lundi le président – sans préciser qui des différents financeurs (Etat, régions, partenaires sociaux) devrait mettre la main à la poche.

Avec les contrats de génération, les emplois d’avenir ou les contrats aidés, la réforme de la formation professionnelle complétera une politique de l’emploi « cohérente », selon François Hollande. Elle permettra, a-t-il réaffirmé, « d’inverser la courbe du chômage d’ici à la fin de l’année ».

Délais raccourcis pour ne pas décourager – « Pour 25 % des demandeurs d’emploi qui entrent en formation, le délai est de deux mois, c’est un délai raisonnable. Il faut augmenter la proportion des entrées dans ce délai, pour que 50 % des demandeurs d’emploi aient une formation effective dans les deux mois », a précisé M. Repentin au lendemain de l’annonce de François Hollande.

Le ministre souligne qu’aujourd’hui « 50 % des demandeurs d’emploi attendent plus de 6 mois entre le moment où on leur a fait une proposition de formation qui les intéressait (…) et l’entrée effective ».
« C’est trop long » et « si le délai est trop long, beaucoup se découragent et abandonnent », fait valoir M. Repentin.

Environ 600 000 demandeurs d’emploi en 2011 – Les chômeurs restent en effet toujours très à l’écart de la formation professionnelle. Environ 600 000 demandeurs d’emploi ont bénéficié en 2011 d’une formation, selon M. Repentin.
Moins de 10 % des demandeurs d’emploi sont la Dares.

La formation professionnelle doit permettre, a indiqué François Hollande lundi, de rapprocher les 300 000 offres d’emplois qui ne trouvent pas preneurs de candidats compétents.
« Il nous faut régler une fois pour toutes cette adéquation », a-t-il encore souligné.
Un discours dans la ligne de Nicolas Sarkozy, qui proposait durant la campagne présidentielle d’obliger les chômeurs à suivre une formation et accepter la première offre d’emploi correspondante dans un secteur en tension.

« On ne vise pas à obliger les chômeurs à entrer en formation, la formation, pour que ce soit efficace, ce doit être un acte volontaire », a toutefois souligné M. Repentin.

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comme Nicolas Sarkozy, François Hollande mise sur la formation pour lutter contre le chômage

Votre e-mail ne sera pas publié

rayol

06/03/2013 12h36

Quelle accumulation de mensonges!
On propose des formations aux chomeurs? première novelle! Qachez que si vous souhaitez faire une formation, c’est à vous à en faire la demande, faire monter votre dossier pour validation. Vous devez trouver un organisme de formation, demander des devis précis à votre nom, ensuite on vous demande de remplir un dossier de prise en charge de la formation, vous joignez le devis et vous attendez la réponse, et vous l’attendez encore…jusqu’au jour où vous arrivez à attraper votre conseillère à l’emploi qui va à la recherche d’information…pour vous dire que votre demande de formation a été refusé…sans autres explications! Enfin, si…j’ai compris pour ma part que n’étant pas indemnisée par les ex ASSEDIC, je n’ai pas droit à une formation Pole emploi….renseignez vous avec les services régionaux et dépatementaux! Donc vous êtes seul!

Je suis diplomée, bac+5, et jamais pole emploi ne m’a proposé de formation…encore un mensonge comme quoi on ne propose des formations qu’aux cadres déjà diplomés!
le contenu de cet article montre que notre gouvernement est grostesque et ne connait pas ses citoyens, ses chomeurs ni ce qu’est être au chomage.

Pad

14/03/2013 11h06

Il ne faut pas seulement une volonté mais des résultats. Il ne faut pas une réforme mais une révolution, à la fois dans l’action et dans les esprits. A commencer chez Pôle Emploi, une machine totalement administrative qui est une entrave majeure au retour à l’emploi. Ce dernier m’a en effet opposé que je ne pouvais obtenir une formation demandée qu’en ayant retrouvé un emploi ! Et puis, une petite formation pas chère, motivée, consolidante et diplômante pour mon profil, majeure dans mon secteur de recherche – la sécurité dans le BTP – m’a été refusée sans la moindre explication avec pour conséquence par la suite, des offres auxquelles je n’ai pu répondre. Edifiant. Une réforme ? Ouvrir l’accès à toute formation et non être restreint à une liste préétablie.

Enfin, de quoi parle-t-on en termes de formation ? Il ne faut pas croire que deux trois semaines ou un mois de retour sur les bancs de l’école vont convaincre un employeur qu’on est opérationnel. Un formation, ce n’est pas un cursus de 2, 3 ou 5 ans, loin s’en faut. Quand un agent de Pôle Emploi vous parle de « Plan B », vous incite à changer de voie par transfert de compétences, cela me fait frémir. Un mécanicien va-t-il devenir informaticien ? Un électronicien va-t-il jouer en énergéticien ? Quand on est confronté à la mentalité actuelle des recruteurs, je crois rêver. Les moyens n’y pourront rien sans changer les mentalités dans un monde où les clones sont maîtres.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement