logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/157151/jerome-bastin-nouveau-dgs-de-la-region-bretagne/

NOMINATION
Jérôme Bastin, nouveau DGS de la région Bretagne
Xavier Debontride | Régions | Toute l'actu RH | Publié le 04/03/2013

Cet X-Ponts de 37 ans va succéder à Gilles Ricono, nommé directeur de cabinet de la ministre de l’écologie Delphine Batho. Il était son adjoint depuis 2010.

[1]

Le conseil régional de Bretagne, chasse gardée du corps des Ponts et Chaussées ? Un ingénieur en chef des ponts succède en tout cas à un inspecteur général à la tête de l’administration régionale. Jérôme Bastin, X-Ponts de 37 ans, va remplacer Gilles Ricono à compter du 15 mars prochain. A 65 ans, l’emblématique DGS nommé dans la foulée de l’élection de Jean-Yves Le Drian, en 2004, prend la direction du cabinet de la ministre de l’Ecologie Delphine Batho. Il avait notamment dirigé celui du ministre des Transports Jean-Claude Gayssot, de 1999 à 2002.

Près de 4 000 agents – Son successeur connaît bien les arcanes de la région Bretagne, dont il a rejoint les services en 2007, en qualité de directeur des transports, après une première partie de carrière effectuée au sein du Ministère de l’Equipement. De 2010 à 2012, Jérôme Bastin a été l’adjoint direct de Gilles Ricono, avant de rejoindre, en juillet dernier, l’ancien président du conseil régional devenu ministre de la Défense. Jean-Yves Le Drian l’avait en effet appelé à ses côtés pour suivre les affaires régionales au sein de son cabinet.

De retour à Rennes, Jérôme Bastin va piloter une administration forte de près de 4.000 agents, placée depuis juillet dernier sous la présidence de Pierrick Massiot. En attendant le probable retour de Le Drian aux affaires pour un dernier mandat, si les urnes lui sont favorables en 2015.

Gilles Ricono, un DGS atypique

Le nouveau directeur de cabinet de la ministre de l’Ecologie Delphine Batho n’a pas vraiment le profil du parfait militant écolo ! A 65 ans, ce fumeur invétéré a davantage sillonné les routes que labouré les champs. Ingénieur général des ponts et chaussées, homme de réseaux et de cabinet, Gilles Ricono a marqué de son empreinte le conseil régional de Bretagne. A sa manière : atypique et directe. Ce timide au tutoiement facile masque en effet sa sensibilité sous des dehors volontiers gouailleurs. D’aucuns lui ont d’ailleurs reproché de diriger l’administration régionale comme un cabinet ministériel : en circuit court, avec une garde rapprochée de jeunes « technos » efficaces et séduits par ce personnage hors normes.

Bosseur infatigable et très politique – Il n’a jamais caché son engagement communiste et dirigea le cabinet de Jean-Claude Gayssot au ministère des Transports -, Gilles Ricono a su composer depuis 2004 avec trois préfets, dont Bernadette Malgorn, désormais chef de file de l’opposition UMP au conseil régional, pour défendre une stratégie décentralisatrice autour de l’idée de « la région stratège ». Il quitte la Bretagne au moment où démarre le chantier de la ligne à Grande Vitesse qui mettra Rennes à 1h24 de Paris début 2017. Un mode de transport qui lui permettra de rallier plus facilement Roscoff, la commune du Finistère où il a ses habitudes. Et même, dit-on, des ambitions politiques locales.