Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

RÉFORME DE L'ETAT

Modernisation de l’action publique : Marylise Lebranchu demande l’avis des agents

Publié le 01/03/2013 • Par Martine Doriac • dans : France, Toute l'actu RH

En déplacement vendredi 1er mars 2013 à Alençon (Orne), la ministre de la Fonction publique a lancé une consultation des agents via un site web participatif et des ateliers organisés sur les territoires.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La démarche s’appelle « innover et simplifier avec les agents publics ». Elle consiste en une consultation en ligne sur un site dédié (Innover.modernisation.gouv.fr) et dans le cadre d’ateliers organisés localement, du 1er mars au 30 avril.
Annoncée vendredi 1er mars par Marylise Lebranchu, ministre de la réforme de l’Etat, de la décentralisation et de la fonction publique, devant les fonctionnaires de la Cité administrative d’Alençon, dans l’Orne, site pilote avec ses deux départements voisins de Basse-Normandie, cette démarche a pour objectif déclaré de « recueillir les bonnes pratiques et les idées nouvelles des agents de la fonction publique » de façon à rendre les services publics « plus simples, plus justes, plus efficaces ».

Pistes innovantes et efficaces – 
L’initiative participative marque la volonté du gouvernement d’impliquer les agents dans la modernisation de l’action publique. « Le gouvernement Ayrault est convaincu que les agents publics, directement en contact avec les usagers, et premiers acteurs du service public, peuvent proposer des pistes innovantes et efficaces pour améliorer et simplifier les services aux usagers et le fonctionnement des administrations ».

Sur place, la ministre a exprimé sa volonté de renforcer et d’adapter l’action publique. « Le ‘besoin d’Etat’, le besoin de services publics, ne faiblit pas, au contraire. Il nous faut donc simplifier, mieux organiser le travail des acteurs publics, et innover pour construire les services publics de demain », a précisé la ministre, avant de donner trois exemples de la modernisation engagée :

  1. l’évaluation des politiques publiques, en chantier pour les cinq ans à venir.
  2. Le projet de loi de décentralisation et de réforme de l’action publique, dont elle indiqué qu’il était désormais achevé et bientôt examiné par le Conseil d’Etat et le Conseil des ministres afin de proposer un « nouveau cadre pour le dialogue entre l’Etat et les collectivités locales, et pour les collectivités locales entre elles ».
  3. Troisième chantier décrit, la rénovation du cadre d’exercice de la fonction publique, dans le cadre des réunions en cours à l’agenda social, avec les organisations syndicales.

Répondant à leurs interrogations sur le futur projet de loi, Marylise Lebranchu a ajouté que « ce nouveau partage des compétences, tel que nous le proposons aujourd’hui, ne devrait pas entraîner de grands transferts d’agents de la fonction publique d’Etat vers la fonction publique territoriale, en tous cas pas à l’échelle de ceux des précédentes lois de décentralisation ».

Idées et bonnes pratiques – 
La vaste consultation qui s’engage s’appuie sur trois thèmes :

  1. rendre un meilleur service,
  2. améliorer le fonctionnement interne,
  3. simplifier les réglementations.

Les agents des services publics peuvent, dès le 1er mars, déposer sur le site participatif des propositions individuelles ou collectives, mais aussi commenter les idées d’autres agents, ou encore voter pour celles qu’ils jugent le plus utiles. « Les propositions d’amélioration devront apporter un bénéfice concret aux services publics et/ou aux usagers dans leurs interactions/relations avec l’administration et être potentiellement applicables et généralisables à l’échelle nationale », précise le communiqué qui accompagne ce lancement.

Les propositions devraient alimenter les futurs programmes ministériels et les décisions du comité interministériel pour la modernisation de l’action publique (le « Cimap »). Celui qui se tiendra à la fin du premier semestre tirera un bilan de cette démarche participative qui prévoit le traitement aux niveaux local et national des bonnes idées. Mais, l’initiative étant développée dans le périmètre de l’Etat, rien n’indique comment les agents des fonctions publiques territoriale et hospitalière vont pouvoir s’en saisir.

Cet article est en relation avec le dossier

7 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Modernisation de l’action publique : Marylise Lebranchu demande l’avis des agents

Votre e-mail ne sera pas publié

CHMI

02/03/2013 11h19

Les bonnes idées viennent de la base, de ceux qui pratiquent les administrés au quotidien : bref, je suis pour la consultation / participation des agents de l’Etat à la modernisation de notre vie administrative afin qu’un jour, peut-être, le mot fonctionnaire n’ait plus de connotation péjorative quand on le prononce.
Encore une énième consultation de nos gouvernants : ces derniers manquent cruellement d’idées et sont de plus en plus détachés de leurs administrés à vouloir préserver leur train de vie ; y a t-il quelqu’un à la tête de ce pays pour dé-ci-der ?
Consulter, c’est bien mais AGIR c’est mieux !
En attendant, nos gouvernants gagnent du temps en nous endormant, aidés en cela par les médias, et en ne prenant pas les VRAIS décisions pour l’avenir de notre pauvre pays.
Sans attendre la fin du quinquennat, comme beaucoup de Français, ce gouvernement me laisse une déjà piètre image de l’incapacité de nos hommes politiques à redonner de l’espoir à ceux qu’ils croient diriger.

andre5521

02/03/2013 09h04

Je trouve que c’est une bonne idée que les agents puissent s’exprimer directement et non à travers les élus ou syndicats.

foutaise

04/03/2013 12h12

le site est réserver aux AGENTS d’ETAT vient de me dire le modérateur !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Euh...

04/03/2013 12h28

C’est trop fort : le site en question n’est accessible qu’aux agents de l’Etat !!!
Le site est dédié aux « agents publics », Territoriaux, passez votre chemin…

Agent Territorial Girondin

04/03/2013 01h37

Je suis énormément d’accord avec CHMI mais je rajouterai qu’avant d’eesayer de trouver de nouvelles idées il serait bon de faire appliquer ce qui existe et qui a été voté or ce n’est vraiment pas le cas dans de nombreux domaines:
Dialogue social dans les collectivités quasi inexistant, chsct qui sert de chambre d’enregistrement et qui n’est pas consulté , des primes de fonction et résultats sans vous donner les moyens d’y arriver c’est tout juste si le travail ne doit pas être effectué depyuis chez soi pour avoir les outils !!! et le mal-être au travail qui ne doit pas être indiqué, les formations qui doivent être demandées deux avant et qui n’existent plus au moment d’y aller, le temps de formation comptabilisé pour 6h de temps effectif de travail et le jour de carence décompté le premier jour jour d’arrêt et non le lendemain de votre premier jour d’arrêt comme l’indique la circulaire…et dans tous cela on vous demande d’aller au tribunal administratif pour obtenir ce devrait être appliqué.
Rien qu’en appliquant à la lettre les lois, décrêts et circulaires le monde du travail serait meilleur mais quelques « chefaillons » adorent user de leur pourvoir pour interpréter cela à leur façon, avec l’appui du président du conseil d’administration , en vous faisant comprendre que si vous n’êtes pas satisfaits vous pouvez changer d’administration.

Vallée du loir

05/03/2013 02h41

Le service public, c’est apporté aux citoyens et aux élus la garantie de mise en œuvre de leur projet dans les règles de l’art, de répondre aux questions règlementations afin d’intégrer ou réaliser un programme, un projet dans le respect de l’environnement, du développement durable et d’apporter aux élus les outils pour éviter un contentieux dans ce marasme règlementaire des réformes de l’urbanisme, des surfaces taxables, RT 2012, de protection de l’environnement, de l’eau, ATESAT, etc….
Nous serons encore présents sur le territoire pour assister tous ces gens perdus dans la réforme d’une administration décadente et en perte de motivation.

HereWeGoAgain

15/03/2013 08h53

Voué à l’échec car il n’y a aucune capacité à agir. Je ne parle pas de capacité matérielle, je parle de cojones, de mettre les burnes sur la table et de savoir briser les tabous car à un moment il faut bien choisir. Soit.
Hollande pour ça ? Trop tard désormais. Ça aurait dû être fait dès le début. Et visiblement, il n’avait pas les cojones… Ses potes ont-ils d’ailleurs intérêt à cette simplification ? Non! Pour l’instant, la simplification se résume dans les faits à la complexification systématique pour l’usager (et accessoirement pour les fonctionnaires), ce qui arrange les petits hauts-fonctionnaires toujours prêts à nous pondre une nouvelle institution, un nouveau machin-truc qui ne fait que flatter leur égo d’architecte d’idées vaines plutôt que de réellement mettre à plat le problème et renforce l’illisibilité pour l’usager lambda souvent très faible intellectuellement.
Plus ça va, plus on pousse les gens d’en-bas à faire la table-rase. Plus le temps passe, plus ceux d’en-bas n’ont aucune honte à en venir à la tabula rasa radicale. Et malheureusement, ça risque d’être fait sans aucun discernement. Tout cela à cause du manque de courage, la veulerie, des décideurs. A quand un Alexandre le Grand de l’administration pour venir trancher les nœuds gordiens ?

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement