Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Social

Ile-de-France. La cantine gratuite à l’école primaire dans deux villes de Seine-Saint-Denis

Publié le 04/01/2007 • Par La Rédaction • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les maires UDF de Drancy et le Bourget (Seine-Saint-Denis) ont annoncé le 4 janvier la gratuité de la cantine dans leurs écoles primaires à compter du 8 janvier, une « mesure sociale juste » présentée comme une première en France.
« Nous créons un droit à un repas équilibré, quotidien et gratuit », a déclaré le maire du Bourget (12.000 habitants), Vincent Capo-Canellas, président de la communauté de communes créée en décembre entre les deux villes.
Selon le président de l’Association nationale des directeurs de restauration municipale (ANDRM), Christian Hébert, il s’agit bien d’une première en France, aucune autre ville à sa connaissance n’ayant été « aussi loin au niveau social ».
Cette mesure, qui concerne quelque 3.000 enfants, est une « mesure sociale juste », a commenté pour sa part Jean-Christophe Lagarde, le député-maire (UDF) de Drancy, qui juge « faussement social » le système basé sur les quotients familiaux.
A Drancy (64.500 habitants), où le revenu moyen est de 1.300 euros, 73% des familles payaient le tarif maximum de 3,22 euros, seules sept familles bénéficiant d’un repas à 50 cents d’euros, a ainsi expliqué Jean-Christophe Lagarde.
Pour une famille de deux enfants, la gratuité « représentera une économie de 130 euros par mois », calcule-t-il, soit « un puissant coup de pouce au budget des familles ».
Jean-Christophe Lagarde, qui lance par ailleurs un « appel à une réflexion au plan national », a déposé le 2 janvier une proposition de loi pour « une gratuité pendant toute la durée de la scolarité obligatoire », car, observe-t-il, « il y a trop d’enfants qui ne vont pas à la cantine car ils n’en ont pas les moyens, et ne mangent pas ou mal quand ils rentrent chez eux ».
Il pointe par ailleurs « la contradiction entre école obligatoire et cantine facultative ».
Votée le 3 janvier par le conseil communautaire, la gratuité représente une perte de recettes d’1,1 millions d’euros par an pour les deux villes, compensée pour moitié par les économies liées notamment à la mise en commun des moyens et pour l’autre moitié par la dotation de l’Etat versée à la communauté d’agglomération.

Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ile-de-France. La cantine gratuite à l’école primaire dans deux villes de Seine-Saint-Denis

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement