logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/156129/une-intervenante-sociale-chez-les-gendarmes-du-bas-rhin/

AIDE AUX VICTIMES
Une intervenante sociale chez les gendarmes du Bas-Rhin
Pascal Weil | Retour sur expérience prévention-sécurité | Publié le 18/03/2013 | Mis à jour le 08/07/2013

Depuis 2007, une intervenante sociale est détachée par le conseil général au sein du groupement de gendarmerie du Bas-Rhin, situé à Strasbourg. Elle accueille et oriente des victimes et auteurs d’infractions dont la situation sociale est dégradée. Cinq ans après, le bilan est largement positif.

La gendarmerie « côtoie » le champ social. En février 2007, Kathia Cohen, conseiller socio-éducatif, devient intervenante sociale (IS) en gendarmerie sur le territoire du Bas-Rhin (1,1 millions d’habitants). A la jonction entre l’action policière et sociale, elle se voit confier pour principales missions d’anticiper et de prévenir toute forme de dégradation de situations sociales portées à la connaissance de la gendarmerie ou révélées par son intervention.

Après cinq ans d’activité, l’IS est devenue incontournable : « Ma fonction correspond à une courroie de transmission.
Mon poste est un révélateur de situations de détresse et de précarité. J’ai pris une place dans un lieu où il ne se passait rien en matière sociale », indique Kathia Cohen. Son action ne s’inscrit pas dans une ...

REFERENCES

  • Avantages

- L’accès aux services sociaux de personnes jusque-là inconnues d’eux.
- Une prise en charge plus précoce et plus cohérente.
- Une intervention qui réduit les temps de traitement des situations.

  • Inconvénients

Un rayon géographique d’action étendu (la gendarmerie est compétente sur 95 % du département) : les déplacements sont donc nombreux et chronophages.

 

  • Partenaires

Préfecture, conseil général et groupement de gendarmerie.

  • Financement

La dernière convention tripartite a été signée pour trois ans le 15 mars 2010. Le poste est financé à 50 % par le conseil général et 50 % par le Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD).

 

  • Contact
    Kathia Cohen, intervenante sociale, email : kathia.cohen@gendarmerie.interieur.gouv.fr


CHIFFRES CLES

  •  179 intervenants sociaux sont actuellement en poste au niveau national dans des commissariats et en gendarmerie.
    Leur nombre a augmenté de près de 40 % depuis 2009.
    En déplacement dans le Val-d’Oise le 10 janvier, les ministres de l’Intérieur et des Droits des femmes ont annoncé un « recrutement d’intervenants sociaux en commissariat et en brigade de gendarmerie facilité, dans le cadre du fond interministériel de prévention de la délinquance ».