Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Rythmes scolaires : désaccord sur le timing de la réforme pour les fédérations de parents d’élèves

éducation

Rythmes scolaires : désaccord sur le timing de la réforme pour les fédérations de parents d’élèves

Publié le 22/02/2013 • Par Stéphanie Marseille • dans : France

Le Snuipp, syndicat enseignant dans le primaire, a publié le 20 février 2013 les résultats du sondage qu’il a commandé à Harris Interactive, sur la perception de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires par les parents d’élèves. Verdict : les parents interrogés disent oui à des activités périscolaires supplémentaires placées de préférence à 15 h 30, mais non au fait de les payer, tout en se demandant si les communes ont bel et bien les moyens de les assurer…

Menée en ligne, du 12 février en soirée au matin du 14 février, auprès d’un échantillon de 1 617 personnes de plus de 18 ans, l’enquête Harris interactive montre :

une bonne identification du sujet par les personnes interrogées de la réforme en cours : 91 % en ont déjà entendu parler, 76 % des parents d’enfants scolarisés en école primaire la connaissent ;

des attentes sur les cycles : 50 % des interrogés considèrent qu’il serait préférable que cette organisation soit différente entre les élèves de maternelle et d’élémentaire, quand 43 % estiment qu’il faudrait que cette organisation soit la même pour tous ;

un avis contrasté sur le caractère obligatoire des activités périscolaires supplémentaires : 48 % des personnes interrogées indiquent qu’il faut que ces activités soient obligatoires, quand 43 % mentionnent le contraire ;

une attente de gratuité des activités périscolaires supplémentaires : 62 % du panel considère qu’il faut que ces activités périscolaires soient gratuites pour tous, 24 % que leur prix devrait varier selon le niveau de revenus des parents et 7 % qu’elles devraient être payantes et au même prix pour tous les élèves. 77 % des parents d’enfants scolarisés en école primaire plébiscitent la gratuité des activités pour tous ;

des idées sur le créneau horaire de ces activités : 68 % des parents d’enfants scolarisés en primaire interrogés préfèreraient que ces activités se déroulent en fin de journée, après une journée de classe qui se termine à 15 h 30, seuls 29 % d’entre eux plébiscitent une pause méridienne plus longue (de 2 h 30), pendant laquelle seraient organisées les activités périscolaires, avec une fin des cours à 16 h 30 ;

la crainte, pour 62 % des interrogés, de voir les inégalités sociales se creuser ;

des doutes quant aux capacités des communes à mettre en œuvre la réforme des rythmes : 45 % des personnes interrogées estime que leur commune ne dispose pas des infrastructures suffisantes pour accueillir les élèves dans le cadre des activités périscolaires qui seront mises en place. Pour 57 % des répondants, la commune ne dispose pas de suffisamment de personnel qualifié pour organiser les activités et encadrer les élèves. Les habitants des communes de moins de 2 000 habitants se montrent largement plus sceptiques sur la capacité de leur commune, tant en termes d’infrastructures que de personnel encadrant ;

un refus de payer les activités périscolaires supplémentaires : 73 % des personnes interrogées refusent d’avoir à payer plus d’impôts locaux pour financer les activités périscolaires proposées aux élèves d’école primaire de la commune et permettre leur gratuité ;

peu d’enthousiasme pour une application en 2013 : seuls 12 % des répondants considèrent que la réforme doit être mise en place dans toutes les écoles du territoire dès la rentrée de septembre 2013, 33 % d’entre eux privilégient plutôt une mise en place de la réforme en 2014, et 48 % adoptent une position intermédiaire, estimant que la réforme doit être mise en place progressivement, c’est-à-dire dès 2013 dans certaines écoles et en 2014 pour les autres ;

Opposition sur la date d’application – Alors, faut-il reporter l’application de la réforme des rythmes à 2014 ? Les fédérations de parents d’élèves ont fait entendre leur voix sur le sujet : la PEEP milite pour un report en 2014, tandis que la FCPE exige une application dès 2013.

« Pourquoi attendre un an de plus, que va-t-on en faire ? » s’insurge Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE. Et d’expliquer : « La réforme est applicable en l’état. N’oublions pas que la réforme des rythmes scolaires, c’est, avant tout, changer le temps scolaire. Il s’agit avant toute autre chose de ramener le temps de classe quotidien à environ 5 h, tout en multipliant les moments de classe. Pourquoi ? Parce qu’en 2008, avec la semaine des 4 jours secs, le gouvernement précédent a supprimé 40 jours de classe aux enfants. C’est la suppression de ces nombreuses occasions d’avoir cours qui pénalise les enfants, surtout les plus en difficulté. Alors, cette réforme ne sera pas parfaite, mais penser qu’on peut aboutir à quelque chose de parfait d’un seul coup, c’est croire au Père Noël ! Les rythmes, c’est un chantier en mouvement », estime le président de la FCPE.

La PEEP préfère la prudence. « On se rend bien compte que les collectivités ne seront pas prêtes à temps pour septembre 2013, qu’elles ne disposent pas du personnel nécessaire. Il faut aussi laisser du temps pour élaborer, dans la concertation locale, le projet éducatif, car il n’est pas question que le périscolaire supplémentaire vienne juste boucher des trous ! » contre Valérie Marty, présidente de la PEEP.

Quelles conditions pour le projet éducatif territorial ? – « Le temps des élèves n’a jamais été un temps uniquement scolaire : il faut donc accompagner son aménagement. Après la classe, il y a un temps éducatif, non-scolaire, qui peut valoriser des apprentissages différents, dans un principe de co-éducation », avance Jean-Jacques Hazan.

Certes, mais l’assouplissement des taux d’encadrement et la classe le mercredi matin ne provoqueront-ils pas un afflux d’enfants, pour la plus grande crainte des animateurs périscolaires ?
« Je comprends ces craintes, car les animateurs sont une profession en mal de reconnaissance. Et d’ailleurs, les enseignants ne sont pas forcément bienveillants à leur égard. Mais il faut prendre cet assouplissement comme une occasion de renforcer la formation et les compétences des animateurs », estime la présidente de la PEEP.

De son côté, le président de la FCPE reconnaît que l’horaire de 15 h 30, impliquant la gestion potentielle de tous les élèves et non plus du volume d’inscrits actuels (qui varie entre un tiers et un quart des élèves inscrits dans un établissement scolaire) peut s’avérer délicate.
« La solution ne sera pas unique et elle n’existera qu’au travers d’un projet éducatif local qui puise dans les écoles de musique ou les associations du territoire », reprend Jean-Jacques Hazan.

Quelles sont les attentes des parents aujourd’hui ? – « Nous demandons la création de commissions locales, réunissant tous les acteurs pour un vrai travail en commun. C’est d’autant plus important qu’il ne faut pas que les activités périscolaires en plus soient payantes : elles doivent être obligatoires et gratuites ! » avance Valérie Marty.
Voilà de quoi faire bondir l’Association des maires de France, assurément !

La journée d’école idéale

Les deux fédérations de parents d’élèves majoritaires s’accordent sur l’organisation suivante pour la journée de l’élève :

  • une entrée progressive dans l’école, par le biais d’un sas de 8 h 30 à 9 h, avec un début des cours plus tardif, vers 9 h, y compris pour les maternelles
  • une pause méridienne allongée, dépourvue d’enseignements scolaires et libre d’apprentissages éducatifs différents
  • une reprise des cours soit en début d’après-midi, soit vers 16 h, pour correspondre aux pics d’attention relevés par les chronobiologistes

C’est l’allongement de la pause méridienne qui constitue une pomme de discorde avec les enseignants.

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Rythmes scolaires : désaccord sur le timing de la réforme pour les fédérations de parents d’élèves

Votre e-mail ne sera pas publié

nobab45

23/02/2013 06h51

la journée idéale selon les parents commencerait donc entre 8h30/9h pour acceuillir les enfants le matin (si possible avant 7h30: tout le monde ne commence pas à 9h et pour rappel ils sont plus que quelques uns déjà au travail), et entre les activités périscolaires et la reprise des cours vers 16h pourquoi pas. Allez, entre une et deux heures de cours attentifs (si possible pourquoi ne pas faire les devoirs sur ce temps, il ne serait pas possible de faire ingurgiter à nos enfants en 30mns ce qui se fesait en une après-midi, en se référant à ceux qui souhaite une fin des cours à 16h30). On arrive vers 17h, voir 18h, et comme tout le monde ne fini pas non plus à 18h, on pourrait pousser jusqu’à un service de garderie du soir jusqu’à 19h. Conclusion: bravo pour ce qui devait être une amélioration. Les gosses seront là encore plus longtemps. Je ne parle pas non plus des personnels communaux qui seront mis à contribution à qui mieux mieux au nom de la continuité de service public. Il y a de nombreux de ces personnels agents d’entretien, atsems, animateurs qui sont des femmes et aussi des mères, qui elles, paradoxe s’occuperont encore plus des enfants des autres mais plus des leurs. Je rebondis sur un article ou des enseignants dénonçaient aussi les salaires bloqués et les hausses de leurs frais de garde, que dire des agents communaux qui sont de catégories C, et non de catégories A avec des contraintes qui seront pires et des revenus bien moindres. On ne rêve pas on a encore grillé les étapes, et manqué un vrai projet. Pour mes collègues du service de l’éducation de ma ville, bon courage.

Philippe Laurent

25/02/2013 07h32

Les réactions des fédérations de parents d’élèves montrent que celles-ci n’ont qu’une connaissance incomplète du fonctionnement de la ville, qui est très directement et profondément impacté par la modification de la semaine scolaire. En effet, de nombreuses communes fonctionnaient jusqu’en 2008, et depuis plusieurs décennies, avec le samedi matin. Or, les parents refusent ce retour et privilégient le mercredi matin, journée essentielle dans l’activité des clubs sportifs, équipements socio-culturels et établissements d’enseignement artistique. Ceux-ci ne trouveront pas d’horaires de remplacement en semaine. C’est le principal problème posé par la réforme, au-delà du coût pour les communes. Une ré&forme prise totalement à l’envers, alors même que l’école primaire a effectivement besoin de profondes réformes : programmes, formation des enseignants, calendrier de l’année auraient dû précéder la réformer des rythmes quotidiens et hebdomadaires. Encore une bonne idée gâchée par un manque évident de préparation …

bleb59

27/02/2013 01h25

@ nobab45: Concernant les salaires , vous êtes loin du compte! Les enseignants sont effectivement de catégorie A mais leurs salaires avoisinent ceux des catégories C de n’importe quelle autre fonctionnaire.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement