Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • Comité interministériel de la jeunesse : sans budget mais mieux articulé avec les collectivités…

Jeunesse

Comité interministériel de la jeunesse : sans budget mais mieux articulé avec les collectivités…

Publié le 22/02/2013 • Par Michèle Foin • dans : A la une, Actu prévention sécurité, France, Toute l'actu prévention-sécurité

Europe vue par les jeunes
Fotolia
Le comité interministériel de la jeunesse s’est tenu le 21 février 2013 à Matignon. 13 chantiers prioritaires et 47 actions ont été définis pour 2013, sans budget complémentaire. Pour les réaliser, le Gouvernement table sur une meilleure articulation entre l’Etat et des collectivités.

« Avec 40% de chômeurs chez les jeunes, un millions de jeunes sans emploi ni formation, nous devons rendre espoir aux plus jeunes d’entre nous et les aider à mieux tirer parti de leurs talents », a déclaré le premier ministre Jean-Marc Ayrault le 21 février, à l’issue du comité interministériel de la jeunesse qui s’est tenu à Matignon, sous sa présidence. Rappelant que ce comité interministériel ne s’était réuni que quatre fois depuis sa création en 1983, la dernière datant d’il y a dix ans, le premier ministre a salué les cinq mois de travail intensif de Valérie Fourneyron, ministre des sports de la jeunesse et de l’éducation populaire et de la vie associative, pour préparer cette réunion. Cinq groupes de travail réunissant tous les ministères ont diagnostiqué les dispositifs existants pour les jeunes et proposé de nouvelles mesures. Treize chantiers prioritaires ont été définis pour 2013, déclinés en 47 actions.

A budget constant – Aucun financement n’a été débloqué pour le CIJ. Ses actions devront être réalisées à budget constant. « Une grande part des financements liés aux politiques de jeunesse est déjà portée par les collectivités. Dans le cadre du CIJ, aucune dépense nouvelle ne sera portée par les collectivités. L’objectif, c’est de mieux articuler l’action de l’Etat et celle des collectivités » explique Valérie Fourneyron, qui ajoute qu’il n’y aura pas non plus de transfert de compétences.

Nouveau service public de l’orientation – Parmi les mesures qui touchent de près les collectivités, l’information, l’accompagnement et l’orientation des jeunes. Le CIJ officialise la création du nouveau service public de l’orientation (SPO) mis en place par les conseils régionaux sous réserve que la loi de décentralisation prévue à l’automne soit adoptée. « Il aura pour mission de coordonner et mettre en réseau au niveau régional tous les services et les structures qui concourent à l’information sur les métiers », précise le plan d’action pour la jeunesse. L’Etat et les régions concluront annuellement une convention. Ce nouveau service public devrait être expérimenté dans 4 à 6 régions volontaires dès septembre 2013. Les dispositifs d’information des jeunes devraient quant à eux être rationnalisés pour permettre une meilleure visibilité.

Garantie universelle des risques locatifs- Le Gouvernement compte mettre en place la garantie universelle des risques locatifs, qui permettra aux jeunes peu solvables, d’accéder au parc locatif privé. L’accès des jeunes au parc social devra également être amélioré, tandis que les jeunes en alternance bénéficieront d’un nombre de places d’hébergement plus important.

Fameux contrat de génération – Diverses mesures concernent l’emploi, dont le fameux contrat de génération, vont se mettre en place. A noter que 2000 emplois francs seront expérimentés pendant trois ans sur 10 sites tests pour lutter contre les discriminations dont sont victimes les jeunes de quartiers prioritaires.

La « Garantie jeune », un contrat signé entre un jeune en grande difficulté d’insertion et Pôle emploi, apportera au jeune un accompagnement intensif, et une garantie financière équivalente au RSA, contre son engagement à se former.

Plus de mobilité internationale – Pour accroître la mobilité internationale des jeunes, des plans de développement régionaux de mobilité seront mis en œuvre et suivis par les régions et les directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS). 

Statut d’acteur dans la vie démocratique – Enfin, citons encore la réapparition des cérémonies citoyennes, marquant solennellement la plaine possession des droits civiques des jeunes majeurs, ou encore la constitution de collèges « jeunes » dans les conseils économiques, sociaux et environnementaux, afin de « soutenir la place des jeunes dans le débat public et reconnaître leur statut d’acteur ».

Pilotage régional-  Comment seront pilotées et suivies toutes ces actions ? « La coordination interministérielle sera permanente et pilotée par un délégué interministériel à la jeunesse, qui veillera à la cohérence des différents ministères et garantira une réflexion stratégique pour l’ensemble du gouvernement », a déclaré à La Gazette, Valérie Fourneyron. L’institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep) produira un rapport annuel de l’état d’avancement du plan d’action du gouvernement. Il devra également dresser un état de la jeunesse à partir d’une sélection d’indicateurs.

Quid de la concertation avec les collectivités locales ? – « Nous allons faire évoluer les instances actuelles vers une Conférence nationale de la jeunesse, un espace de partage régulier avec tous les acteurs : Etat, jeunes, collectivités territoriales, associations de jeunesse et d’éducation populaire, partenaires sociaux… », a déclaré Valérie Fourneyron. Et ce pilotage sera également régional. Les préfets de région organiseront des comités d’administration régionale thématiques sur les questions de jeunesse, afin de suivre la mise en œuvre des mesures du gouvernement.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comité interministériel de la jeunesse : sans budget mais mieux articulé avec les collectivités…

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement