Transport aérien

L’aéroport de Limoges coûte-t-il trop cher ?

| Mis à jour le 22/07/2013
Par • Club : Club Techni.Cités

Avec seulement 340 000 passagers annuels, et 3 millions d’euros de déficit, l’aéroport de Limoges vivrait au-dessus de ses moyens, d’après certains membres du conseil général, qui vient de renouveler la subvention des 9/30e nécessaires à son fonctionnement (1,67 million d’euros). Cette réflexion, qui pourrait être confortée par l’ouverture de la LGV Limoges-Poitiers, concurrençant la liaison sur Paris, pourrait également ouvrir la voie à une participation à ce financement de l’agglo de Limoges et ses 17 communes. La ville apportant à elle seule 6/30e du tout, aucune réflexion ne serait pour l’instant engagée.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

En accordant, le 14 février 2013, 1,67 million d’euros de subventions à Limoges-Bellegarde, le département de la Haute-Vienne a participé pour 9/30e au financement d’un aéroport qui traite annuellement plus de 340 000 passagers.

Sa présidente, Marie-Françoise Pérol-Dumont en a profité pour souligner « que cette aide pourrait être remise en question par la création de la LGV Limoges-Poitiers, qui pourrait concurrencer fortement la liaison sur Paris ».
D’autres conseillers ont quant à eux réclamé la participation future au tour de table de l’agglo Limoges-Métropole (17 communes), jusque-là absente des subventions.

10 % du chiffre d’affaires total – « Il faut relativiser ces propos, temporise Jean-Pierre Limousin, président de la CCI, gestionnaire de l’aéroport. La ville seule participe déjà pour 6/30e, et ses habitants par leurs impôts payent également la part du conseil général. De plus, la liaison sur Paris, qui pourrait être concurrencée par la LGV, ne représente que moins de 10 % du chiffre d’affaires total, Bellegarde ciblant pour 70 % ses activités vers les Iles Britanniques. »

La presse locale évoque un casse-tête financier, et pose la question du coût de la structure, qui accuse un déficit structurel de 3 millions d’euros qualifié de normal par le responsable consulaire, qui souligne qu’en France, « un aéroport de moins d’un million de passagers par an n’est pas rentable ».

Déficit structurel de 3 millions d’euros – Il ajoute également qu’à sa connaissance, aucune négociation n’est engagée avec l’agglo sur sa possible intervention, mais rappelle qu’en la matière tout est possible.

« La LGV provoquera la fin de la liaison parisienne, et donc permettrait de réduire le déficit, reconnaît-il. Le département considère que sa part est trop importante par rapport à ses intérêts, mais c’est un problème qui lui est interne. On peut aussi imaginer faire appel aux départements limitrophes, utilisateurs, comme la Creuse. »

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP