Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réseaux sociaux

Exclusif/Etude Twitter : l’usage par les grandes villes s’affirme et s’affine

Publié le 19/02/2013 • Par Virginie Fauvel • dans : France

61% des grandes villes ont désormais un compte Twitter, d'après une étude menée par Adverbia que la Gazette des communes publie en exclusivité mardi 19 février 2013. Le phénomène Twitter s'installe et prend de l'ampleur. En 2010, seules 16 des 50 plus grandes collectivités s'étaient lancées.

Exit les notions d’usage expérimental et émergeant. En 2013, le phénomène Twitter s’affirme et s’affine : 61% des grandes villes se sont emparées du réseau social à l’oiseau bleu, d’après l’étude « Twitter et les grandes villes » d’Adverbia que la Gazette présente en exclusivité.
Parmi les 26 grandes villes(1) étudiées sur la période du 7 au 11 janvier 2013,  20 ont déjà plus de 1 000 followers. Pour ce faire, une simple ouverture de compte Twitter ne suffit pas. Il faut investir le réseau social.
La démarche doit être régulière (bonne fréquence de tweets : jusqu’à 126 par semaine), dans une grande ouverture d’esprit (de moins en moins de contenus auto-centrés : 5 sur 26 ), et refléter d’un bon taux d’engagement.

Professionnalisme – Autrement dit, place au professionnalisme : presque un quart des grandes villes (24,5%) ont recruté un community manager. Ce qui permet d’éviter l’une des pratiques honnies par la communauté des colibristes : le fil automatique. Sur les 26 villes étudiées, seules Perpignan et Tours(2) ont un fil Twitter automatique . 
Ainsi, on assiste à une prise conscience des grandes villes qui ont pris à bras-le-corps les attentes de leurs citoyens-administrés-internautes-habitants de plus de 15 ans : être connectés à l’actualité de leur territoire, communiquer spontanément, de manière plus informelle (en moins de 140 caractères) voire parfois participer à la prise de décision locale. 
Avec Twitter, les grandes villes saisissent l’opportunité de créer une relation interactive et qualitative avec l’administré qui transcende le genre, en témoigne la ville d’Angers, 1ère au classement dans cette étude : 

 

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 Amiens, Angers, Besançon, Bordeaux, Boulogne-Billancourt, Brest, Clermont-Ferrand, Grenoble, Le Mans, Marseille, Metz, Montreuil, Nancy, Nantes, Paris, Perpignan, Rennes, Rouen, Saint Denis Saint Denis (Réunion), Saint Etienne, Strasbourg, Toulon, Toulouse et  Tours Retour au texte

Note 02 et Strasbourg n'a pas répondu à la question Retour au texte

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Exclusif/Etude Twitter : l’usage par les grandes villes s’affirme et s’affine

Votre e-mail ne sera pas publié

Angers-Pratique.fr

20/02/2013 10h50

Félicitations à toute la communauté numérique d’Angers ! C’est grâce à Angers.fr, Angers Loire Valley, Angers Technopole, et tous les autres acteurs indépendants comme Angers Pratique par exemple que notre petite ville du Maine et Loire se place aussi bien dans le classement Twitter :)

communication-a-pas-de-prix

20/02/2013 05h33

avec les 2.3 millions d’euros dépensés en com, on arrive premier…
je comprend mieux qu’avec zéro euros dépensé en développement économique, on soit aussi mauvais (12% de chomeurs en + au mois de décembre)
Alors on va relativiser comme d’hab: OHHH OUI c’est bien, on est premier….sur twiter, les chomeurs apprécierons.

Nathalie

21/02/2013 11h24

Hourra !! Quelle belle affaire ! Ce serait quand même malheureux d’arriver dernier avec un budget communication de 2.3 millions d’euros et le recrutement de personnes (aux frais des contribuables) chargées de redorer à l’approche des élections municipales, l’image détériorée de la Mairie d’Angers en postant sur le web et sur les réseaux sociaux des avis et commentaires en faveur de la municipalité.
Si la municipalité mettait autant de ferveur à développer son économie (ou plutôt à empêcher qu’elle dégringole comme c’est le cas actuellement avec des dépôts de bilan quotidiens) et à infléchir la courbe du chômage à Angers en aidant les entreprises à sortir la tête de l’eau et non pas en les empêchant de travailler, ce serait beaucoup mieux. Mais bon, on peut toujours rêver…Avec l’équipe municipale actuelle, je pense que c’est peine perdue.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement