Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

Le statut de RTE n’est pas « une gêne pour investir », d’après son président

Publié le 15/01/2007 • Par La Rédaction • dans : France

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

André Merlin, le président de Réseau de transport d’électricité (RTE), filiale à 100% d’EDF, a affirmé le 15 janvier que le statut de RTE n’était pas « une gêne pour investir », réagissant aux critiques de Bruxelles qui préconise de séparer réseaux de transport et producteurs d’énergie.
Le 10 janvier, la Commission européenne a présenté une série de mesures pour la mise en place d’une politique commune de l’énergie dans l’Union européenne (UE) et a notamment proposé « une séparation patrimoniale entre les producteurs d’électricité et les gestionnaires des réseaux de transport et de distribution » pour favoriser la concurrence.
La commissaire européenne à la Concurrence Neelie Kroes reproche aux opérateurs historiques intégrés de sous-investir dans les réseaux, les accusant également de s’accrocher à leur marché national, de ne pas développer les échanges transfrontaliers et de bloquer l’arrivée de nouveaux acteurs.
« On ne peut pas dire qu’aujourd’hui le statut de RTE puisse en quoi que ce soit être une gêne pour investir sur le réseau », a rétorqué André Merlin.
« Le programme d’investissements doit être approuvé par la Commission de régulation de l’énergie (CRE), un organisme totalement indépendant », a-t-il rappelé, ajoutant que les investissements prévus par RTE en 2007, de 740 millions d’euros contre 650 en 2006, « sont en croissance sensible ». André Merlin a par ailleurs réaffirmé que, même si « 60% du résultat net de RTE remonte à sa maison mère » EDF, « l’indépendance de RTE est garantie par la loi, du fait de la séparation juridique et des conditions qui garantissent l’indépendance de management de RTE ».
« C’est la raison pour laquelle le gouvernement français considère qu’il n’est pas nécessaire d’aller vers une séparation », a-t-il poursuivi. Interrogé sur une éventuelle ouverture du capital de RTE, un temps prévue pour 2006, André Merlin a indiqué que cette question était « du ressort de l’actionnaire » EDF, et de « l’actionnaire principal de l’actionnaire, c’est-à-dire l’Etat ».
RTE, gestionnaire de réseau d’EDF, est depuis le 1er septembre 2005 une filiale à 100% du groupe EDF sous le nom de RTE EDF Transport. RTE gère près de 100.000 km de lignes électriques à haute et très haute tension, soit le réseau le plus important d’Europe.

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le statut de RTE n’est pas « une gêne pour investir », d’après son président

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement