logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/154296/archives-francois-hollande-precise-les-priorites-de-l%e2%80%99etat/

CULTURE
Archives : François Hollande précise les priorités de l’Etat
Hélène Girard | France | Publié le 13/02/2013

A l’occasion de l’inauguration du nouveau site des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), le 11 février 2013, le président de la République a indiqué que les archives numériques et la révision des délais de communication faisaient partie des sujets à l’ordre du jour.

« Il y a urgence. Sinon, c’est une perte là encore, d’explications et de mémoire qui risque d’être enregistrée. » C’est en ces termes que le chef de l’Etat a souligné l’importance de la prise en compte des documents dématérialisés dans les politiques de conservation des archives publiques.
« De nouveaux types de préservation doivent être définis », a insisté François Hollande, invitant « tous les services d’archives, quel que soit leur rattachement administratif » à se mobiliser, l’Etat devant « montrer l’exemple ».

Dans le projet de loi « patrimoine » de 2014 – François Hollande a par ailleurs annoncé que la « question démocratique de l’accès aux archives », autrement dit, les délais de communication, figurera dans le futur projet de loi sur le patrimoine.
Texte qui sera présenté au Parlement « en 2014 ».

Il a fixé deux axes de réforme :

  1. d’une part, la révision des délais d’accès aux documents,
  2. et, d’autre part, la transposition, aux supports électroniques, des dispositions applicables aux archives papiers.

« Nous devrons également concilier la protection des données personnelles et les progrès de la science historique, a-t-il souligné. Le secret, grande tradition française, protège tant les intérêts publics que les personnes privées (…). Mais il doit être mesuré dans le temps, afin de ne pas devenir une occultation du passé. Aucun secret n’est en principe éternel. »

Les archives des individus et des entreprises aussi – Enfin, le chef de l’Etat estime que pour renforcer leur capacité « à détenir notre mémoire, mémoire locale, mémoire nationale », les pouvoirs publics ne peuvent se limiter aux seules archives de l’Etat et des collectivités locales.
La collecte et la sauvegarde constituent une question qui se pose désormais « pour les archives privées des individus, mais aussi des entreprises. Nous devons donc associer de nombreuses institutions publiques, privées, associatives pour atteindre cet objectif. »

Numérisation des fonds d’archives : hommage aux départements

« Internet offre aussi une chance : il est un outil irremplaçable de diffusion des archives. Aujourd’hui, près de 300 millions de pages d’archives numérisées sont accessibles gratuitement sur les sites des collectivités publiques. Chaque année, 2 milliards de pages peuvent être vues par des internautes du monde entier. Disons-le avec fierté, notre pays dispose d’une réelle avance en ce domaine. Il le doit notamment aux efforts des conseils généraux que je veux saluer, qui soutiennent les politiques de numérisation des archives départementales »