Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • Les fonctionnaires annoncent une grève le 8 février malgré un geste du gouvernement, estimé à 300 millions d’euros

Fonction publique

Les fonctionnaires annoncent une grève le 8 février malgré un geste du gouvernement, estimé à 300 millions d’euros

Publié le 18/01/2007 • Par La Rédaction • dans : A la une, France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le gouvernement a annoncé le 17 janvier une nouvelle revalorisation des salaires des fonctionnaires pour rattraper l’inflation, sans apaiser pour autant le mécontentement d’une partie de leurs syndicats qui ont appelé à la grève le 8 février.
Le ministre de la Fonction publique, Christian Jacob a annoncé une rallonge supplémentaire du point d’indice – qui sert de base de calcul au salaire des fonctionnaires – de 0,3% au 1er février 2007, portant la revalorisation du point à 0,8% à cette date.
Jusqu’à présent, le ministère avait accordé deux revalorisations de 0,5% au titre de 2006 – une au 1er juillet 2006 et l’autre prévue au 1er février 2007 – ainsi qu’un point supplémentaire à chaque agent au 1er novembre 2006, ce qui correspondait à une augmentation globale de 1,2% des salaires. En ajoutant 0,3% au 1er février, il comble le décalage avec la hausse des prix qui s’est élevée à 1,5% en 2006. Le 18 janvier, Jean-François Copé a chiffré à environ 300 millions d’euros le coût de la rallonge. « C’est de l’ordre de 300 millions, mais c’est naturellement intégré dans l’ensemble du dispositif global puisque j’ai prévu une réserve de précaution » afin de financer ce type d’engagements, a déclaré Jean-François Copé.
Mais « ce n’est pas juste une augmentation comme cela, elle est assortie d’un certain nombre de réflexions nouvelles sur la formation, la mobilité des carrières », a souligné Jean-François Copé.
Cette mesure n’a toutefois pas convaincu cinq syndicats de fonctionnaires (FO, UNSA, CGT, FSU, Solidaires), qui ont appelé le 17 janvier au soir à une journée nationale d’action et de grève le 8 février, jugeant « notoirement insuffisantes » les mesures annoncées.
« Nous réclamons l’ouverture de véritables négociations, car ce qui s’est passé aujourd’hui est une caricature de dialogue social », qui « ne répond pas aux revendications des organisations majoritaires, représentant 75 à 80% du personnel », a déclaré Jean-Marc Canon (CGT) à l’issue d’une intersyndicale.
Les cinq syndicats « appellent l’ensemble des personnels de la Fonction publique à participer massivement à la journée d’action du 8 février, en particulier par la grève et des manifestations », selon leur communiqué commun.
Elles demandent « des négociations sur le maintien du pouvoir d’achat en 2006 », « l’augmentation des salaires pour 2007, sur la base minimum de l’inflation prévu soit 1,8% », « le rattrapage sur les pertes intervenues depuis 2000 et évaluées à 6% » et « une refonte globale de la grille indiciaire ».
La CGC et la CFDT ne se sont pas prononcées lors de la réunion et donneront leurs réponses dans les jours qui viennent.
Le ministre, qui avait affiché à plusieurs reprises sa volonté de ne pas « se laisser enfermer » dans le point d’indice pour évaluer le pouvoir d’achat des agents, a assorti la revalorisation salariale de mesures sociales et statutaires, comme 2.500 places en crèches et 1.000 logements réservés aux fonctionnaires « dans les zones à forte pression foncière ».
« Les annonces du ministre répondent à [nos] préoccupations, donc nous sommes satisfaits », avait déclaré Yves Missaire (CFTC).
« Nous aurions préféré une amélioration du pouvoir d’achat, mais nous avons déjà obtenu son maintien », s’était félicité Eric Fritsch (CFDT), saluant « l’aboutissement d’une démarche entamée à l’automne dernier ».
« Ce sont des effets d’annonce, ce n’est pas avec 2.500 places en crèches et 1.000 logements qu’on va maintenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires », avait relevé pour sa part Gérard Noguès (FO). « Il y a une ambiguité puisque ces revalorisations sont uniquement au titre 2006, il reste l’année 2007 à négocier », avait souligné Gérard Aschieri (FSU).

Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les fonctionnaires annoncent une grève le 8 février malgré un geste du gouvernement, estimé à 300 millions d’euros

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement