Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports

A Rouen, l’Etat apporte 100 millions d’euros pour sauver un pont stratégique

Publié le 07/02/2013 • Par Patrick Bottois • dans : Régions

En visite officielle à Rouen en Seine-Maritime le 1er févier 2013, le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a annoncé que l’Etat participera à hauteur de 100 millions d’euros au financement des travaux d’accès stratégiques d’un pont de la ville.

Venu pour évaluer entre autres les besoins en infrastructures routières de l’Agglo de Rouen, la Crea (71 communes, 494 382 habitants), le ministre n’est donc pas venu les mains vides : l’Etat participera à hauteur de 100 millions d’euros à ce chantier de 200 millions d’euros.

200 millions en tout – Une participation appréciée en période de disette budgétaire de l’Etat par les grands élus locaux et territoriaux, tous présents lors de l’annonce.
Annonce qui a conduit Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères mais aussi ancien président de la Crea également là, à présenter Frédéric Cuvillier comme « un ministre du concret ».

Mais cette somme est surtout à l’aune de l’urgence à réaliser cette liaison stratégique entre le dernier pont inauguré à Rouen à l’automne 2008 et l’autoroute A13, via une voie rapide baptisée Sud III.

Une voie d’accès intégrée à l’origine dans le projet de la construction de ce pont levant le plus haut d’Europe, baptisé Pont Flaubert : elle devait permettre d’éviter aux véhicules venant du Nord (A28-A29) de la France pour se diriger vers l’Ouest (A13) et le Sud (A28) de l’Hexagone, de passer par le centre de ville de Rouen.

Intégrée dans le projet mais à financer par l’Etat qui n’avait jusque-là jamais tenu ses engagements, malgré un bras de fer avec les collectivités locales ayant financé pour 155 millions d’euros le pont.

Et ce maillon manquant crée quotidiennement – les automobilistes devant passer par le centre ville –, des engorgements de la circulation dans une cité déjà saturée.

Début des travaux en 2016 – Les collectivités pouvant désormais lancer les acquisitions foncières, les travaux devraient suivre à partir de 2016 pour être achevés en 2020.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Rouen, l’Etat apporte 100 millions d’euros pour sauver un pont stratégique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement