Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

Rhône-Alpes. A Lyon, la statue de César patine sur un imbroglio juridique

Publié le 25/01/2007 • Par Claude Ferrero • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

L’affaire de la statue « Le Patineur  » du sculpteur César devant l’hôtel de ville de Lyon n’est pas terminée. En décembre, la cour de cassation rejetait l’appel de la Chaîne Thermale du Soleil, propriétaire de la sculpture vendue aux enchères en 1999, qui souhaitait la déménager, alors que la ville et l’association Sauvegarde et Embellissement de Lyon s’opposaient au transfert de la statue (lire la Gazette du 1er janvier 2007, p. 12). Selon elles, la statue est un élément du patrimoine lyonnais intégré dans un secteur protégé (environnement ZPPAUP et classement UNESCO) et donc intransférable ; une position confirmée par l’Architecte des Bâtiments de France.
Or, aujourd’hui, des fissures apparues dans la statue, créée en 1992, nécessitent des travaux constatés par deux expertises. Avec deux problèmes à la clé : les travaux de rénovation ne peuvent être engagés sans l’autorisation du propriétaire et la question reste posée de savoir qui va financer les réparations. En outre, la ville ne peut agir par un arrêté de mise en péril car il n’y a pas urgence : « l’hypothèse d’une chute de la statue est pratiquement invraisemblable » estime Etienne Tête, adjoint chargé des travaux.
Au regard de cette situation complexe, l’élu estime qu’il y a deux issues éventuelles : le propriétaire peut demander l’annulation de la vente pour vice caché (statue intransférable) auprès du commissaire-priseur et des liquidateurs de la société en faillite, ancienne propriétaire de la statue, ou effectuer un don de la sculpture à la ville de Lyon. Sans écarter deux autres solutions concertées : « les parties en présence peuvent faire un effort financier pour racheter la statue qui sera mise à disposition de la ville, ou bien Lyon peut la racheter à un prix moindre », estime Gilles Buna, adjoint à l’urbanisme, en souhaitant boucler l’affaire avant la fin du mandat.

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rhône-Alpes. A Lyon, la statue de César patine sur un imbroglio juridique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement