Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Environnement

Rhône-Alpes. Le traitement des déchets ivoiriens pourrait débuter en mars

Publié le 26/01/2007 • Par La Rédaction • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le traitement des déchets qui ont fait 10 morts en Côte d’Ivoire en août pourrait débuter en mars à l’usine Trédi de Salaise-sur-Sanne, a annoncé le 26 janvier le préfet de l’Isère, Michel Morin.
« Les élus locaux se sont engagés à faire délibérer leurs conseils municipaux et (une réunion de) la Commission locale d’information et de surveillance (Clis), préalable au traitement des déchets, pourra ainsi se tenir d’ici fin février », a déclaré Michel Morin évoquant dès lors le mois de mars pour l’arrivée des premiers conteneurs.
Je suis heureuse d’avoir entendu l’engagement de toutes les collectivités. Dans cette affaire, nous affichons la volonté d’avancer, une volonté de transparence et de décrispation », a réagi la ministre de l’Ecologie Nelly Olin.
L’incinération des quelque 9.300 tonnes de substances contaminées par un épandage sauvage, à l’origine du décès de 10 personnes en août à Abidjan, devait initialement débuter mi-janvier à l’usine Trédi de Salaise, où 190 salariés traitent tout type de déchets hors radioactifs.
Ce traitement a déclenché de nombreuses inquiétudes et des protestations de la part des habitants de cette région où sont implantées de nombreuses usines chimiques. Une centaine de personnes ont manifesté le 26 janvier au matin devant l’entrée de Trédi.
« Nous attendons des garanties importantes sur le fonctionnement de l’incinérateur », a indiqué Jean-Luc Perouze, responsable de l’association « Vivre ».
A cette occasion, la ministre de l’Ecologie a tenu à rappeler « Solennellement » que « l’usine et les fours (étaient) aux normes ».
Au terme de la réunion, Nelly Olin s’est prononcée en faveur de la mise en place d’un contrôle environnemental global sur l’ensemble de la plateforme chimique. Cette structure, qui ferait « appel à des experts et des laboratoires indépendants », doit permettre de « juger de l’impact environnemental et sanitaire » des activités industrielles de la zone, a précisé Alain Chabrolle, administrateur de la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna), relevant les exemples du Havre et de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône).

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rhône-Alpes. Le traitement des déchets ivoiriens pourrait débuter en mars

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement