Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Les collectivités posent leurs conditions à la mise en oeuvre du droit au logement opposable

Publié le 26/01/2007 • Par Delphine Gerbeau • dans : A la une, France

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Alors que le projet de loi relatif au droit au logement opposable a été présenté par le ministre de la cohésion sociale, Jean – Louis Borloo, le 17 janvier, les associations de collectivités locales montent au créneau pour dénoncer les manques et poser les conditions d’une mise en oeuvre effective du droit au logement.
Pour l’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF), dont Jean Paul Alduy, maire de Perpignan, est le porte – parole sur le dossier du logement, «le logement social ne doit pas être seul mis à contribution, le parc privé doit aussi être sollicité. Les logements vacants sont de plus en plus nombreux. Il faut trouver un mécanisme pour les remettre sur le marché».
L’association des communautés de France et l’Association des communautés urbaines réclament une nouvelle étape leur permettant de devenir de véritables autorités organisatrices, qui pourrait passer par de nouvelles expérimentations de compétences. «L’opposabilité du droit au logement ne doit pas aller à l’encontre de la mixité sociale», a pour sa part mis en garde l’Association des maires de France. Ce qui induit une application plus stricte de l’article 55 de la loi SRU sur le quota de 20% de logements sociaux.

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les collectivités posent leurs conditions à la mise en oeuvre du droit au logement opposable

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement