Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

BAUX

Passer un bail emphytéotique administratif

Publié le 13/02/2012 • Par Auteur associé • dans : Fiches méthode

Après quelques hésitations, le Conseil d’Etat a enfin tranché : un bail emphytéotique administratif (BEA), outil essentiel de gestion et d’action publique, peut être conclu sans mise en concurrence. Cette liberté retrouvée doit toutefois être mise en œuvre avec rigueur et méthode.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Sophie Banel et Eve-Line Bernardi

Sophie Banel et Eve-Line Bernardi

Avocates au barreau de Paris, cabinet Goutal, Alibert et associés

Cet article fait partie du dossier

Occupation du domaine public : limites et libertés

Comprendre les atouts d’un BEA

Alors que les juridictions administratives admettaient la possibilité pour un occupant régulier du domaine public d’être propriétaire des installations qu’il y avait édifiées pendant la durée de l’occupation, le Conseil d’Etat a affirmé dans une décision « Association Eurolat c / Crédit foncier de France » du 6 mai 1985 l’incompatibilité entre les principes de la domanialité publique et les clauses d’un bail emphytéotique conférant au preneur des droits réels sur le domaine public, c’est-à-dire des droits quasi identiques à ceux du véritable propriétaire.

Face à cette interdiction de principe de la constitution de droits réels sur le domaine public, le législateur a créé, par la loi n° 88-13 du 5 janvier 1988, un outil juridique spécifique permettant, par ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Références

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Passer un bail emphytéotique administratif

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement