Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Grands dossiers 2013

Rythmes scolaires, finances et décentralisation : André Laignel fait le point

Publié le 23/01/2013 • Par Jean-Baptiste Forray Jacques Paquier • dans : A la une, Actu expert Education et Vie scolaire, Actualité Club finances, France

André Laignel, président du CFL.
André Laignel, président du CFL. V. Vincenzo
Dans un entretien accordé à La Gazette le mardi 22 janvier 2013, André Laignel (PS), premier vice-président délégué de l’Association des maires de France (AMF) et président du Comité des finances locales (CFL) revient sur les dossiers brûlants des communes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Rythmes scolaires

Les inquiétudes sur la réforme des rythmes scolaires, que vous avez exprimées lors d’une conférence de presse de l’AMF, le 15 janvier 2013, sont-elles levées ?

Vincent Peillon m’a confirmé le 21 janvier que l’échéance à laquelle les communes devront indiquer si elles n’appliquent pas la réforme à la rentrée 2013 mais seulement à la rentrée de 2014 serait repoussée .

Avez-vous obtenu un assouplissement du taux d’encadrement des activités périscolaires qui allègerait le coût de la réforme pour les communes ?

Oui, ce 23 janvier est présenté devant la Commission consultative d’évaluation des normes (CCEN) un décret qui permet  de passer, pour les moins de 6 ans,  d’1 animateur pour 10 enfants à 1 animateur pour 14 enfants. En ce qui concerne les plus de 6 ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Déserts médicaux, comment s'en sortir ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rythmes scolaires, finances et décentralisation : André Laignel fait le point

Votre e-mail ne sera pas publié

blabla

24/01/2013 12h54

1 animateur pour 14 enfants en maternel et 18 en élémentaire, c’est une solution budgétaire, mais puisqu’on se centre sur l’intérêt de l’enfant, y est-il vraiment pris en compte avec cette solution ? Sans compter le facteur organisationnel à la récupération dans les classes.

Maire83510

24/01/2013 08h25

Satisfait d’apprendre qu’un délai de réflexion supplémentaire nous est accordé avant de prendre position sur la date de mise en application des nouveaux rythmes scolaires. En espérant que ceci soit mis à profit pour nous informer de manière plus complète et pragmatique sur les modalités précises de mise en oeuvre et de coordination avec le corps enseignant.
Dans un autre domaine il aurait été intéressant que M. Laigniel, en ses qualités de maire et de vice-président de l’AMF se prononce sur la généralisation du scrutin de liste à l’ocasion des prochaines élections municipales. Il est fondamental que cette réforme soit adoptée, pour mettre fin à des pratiques désuètes, qui relèvent désormais plus de la querelle de clocher que de l’approche démocratique du scrutin.

castel78

24/01/2013 12h45

Où nous allons assister à une dégradation des conditions de travail des animateurs et des conditions de vie des enfants sur le temps périscolaire par une modification du taux d’encadrement…
« ce 23 janvier est présenté devant la Commission consultative d’évaluation des normes (CCEN) un décret qui permet de passer, pour les moins de 6 ans, d’1 animateur pour 10 enfants à 1 animateur pour 14 enfants. En ce qui concerne les plus de 6 ans, nous passons de 1 animateur pour 14 enfants à 1 animateur pour 18 enfants.
Cela entraînera des économies non négligeables. C’est une conquête de l’AMF. »
Notons aussi qu’en scolarisant des moins de 3 ans, des animateurs municipaux devront encadrer en périscolaire ces petits avec des moins de 6 ans à 1 pour 14… au lieu de 1 pour 10…

Où l’on constate que l’argument de départ du ministre et des ses conseillers était : comme le temps après 15h45 est facultatif, cela ne coutera qu’aux collectivités volontaires qui veulent prendre en charge les ¾ d’heure…
Raisonnement étrange…
« Il nous a été précisé que c’était la loi actuelle qui s’appliquait. En clair : il n’y aura pas d’obligation légale périscolaire pour les communes, y compris pour la phase avant 16 h 30. »

Maire83510

24/01/2013 07h22

Excellente observation. Le créneau avant 16h30 doit il ou non, être obligatoirement pris en charge par les communes? La réponse à cette ambiguité, est fondamentale pour notre budget local.

Leto2

30/01/2013 07h46

Et revoilà les enseignants corporatistes et les maires qui ne se soucient que de l’intérêt de l’enfant, en considérant que l’augmentation du nombre d’enfants par animateur est « une conquête »… Mais de qui se moque-t-on ? Voir sur le même thème le très bon article d’Acrimed :
http://www.acrimed.org/article3986.html#nh3
Contrairement à la réaction des enseignants qui ne voient que l’intérêt corporatiste (lequel, au fait ? Si notre corporation présentait autant d’avantages vertigineux à défendre au mépris du sacro-saint « intérêt des enfants », pourquoi manquerait-on tellement de candidats aux divers concours pour les métiers d’enseignants ?), celle de M. Laignel, élu PS parlant d’une réforme PS, maire défendant le point de vue des maires et membre d’une commission des finances donnant son avis sur le financement de la réforme, est bien évidemment éloignée de tout soupçon de « corporatisme ».
Je signale à M. Laignel que s’ils n’avaient pas en vue l’intérêt de l’enfant, bon nombre d’enseignants, dont moi, auraient déjà jeté l’éponge depuis longtemps devant la mauvaise foi, l’hypocrisie et le mépris dont font preuve tant de responsables politiques envers eux. Que ces responsables ne s’étonnent pas que le mépris, au moins, en finisse par fonctionner dans l’autre sens.
Il est indiqué dans la colonne de gauche : Article paru dans ‘le Club finances ». Je ne connais pas ce club, mais j’imagine qu’il s’occupe de « l’intérêt des enfants »… non ?
Que M. Laignel et consorts abandonnent donc leur ton de donneurs de leçons, ils sont très mal placés pour le faire et ça devient fatigant. D’autant que pour donner des leçons, rien ne vaut les enseignants, il me semble.

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement