Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Syndicats

Les syndicats de Châteauroux se mobilisent pour empêcher leur expulsion

Publié le 21/01/2013 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

Faute de payer les loyers et charges de la maison des syndicats, le maire demande leur départ de force. L’eau a été coupée vendredi 18 janvier 2013 de même que l’électricité.

Les militants des unions départementales CGT, FO et CFDT se sont relayés ce lundi à la maison des syndicats Louise-Michel de Châteauroux (Indre) pour s’opposer à leur expulsion programmée depuis plusieurs semaines.

S’appuyant sur une décision de justice du 30 janvier 2012 Jean-François Mayet, maire (UMP) de Châteauroux, demande donc leur départ forcé avec l’aide de la force publique.

Une étape a été franchie ce vendredi 18 janvier avec la coupure de l’eau à la maison des syndicats et même de l’électricité chez FO installée dans un bâtiment distinct.

Cette opposition entre les syndicats et le maire remonte à 10 ans quand Jean-François Mayet avait estimé que ce n’était pas à la ville de payer les loyers des unions départementales.

Après différents rebondissements judiciaires, la cour d’appel d’Orléans déboutait les syndicats le 30 janvier de l’an passé en estimant que « la ville de Châteauroux n’avait aucune obligation d’assurer le relogement des syndicats à titre perpétuel et gracieux » et que les syndicats ne pouvaient « exciper de leur intransigeance pour vouloir s’incruster indéfiniment selon leur bon vouloir et sans bourse délier dans des locaux qui ne leur appartiennent pas ».

26 000 euros de charges annuelles – « Nous avons attendu un an après ce jugement pour se donner du temps, mais les syndicats ont refusé le dialogue », estime M. Mayet.
La ville proposait notamment le relogement des trois organisations en leur demandant de payer 26 000 euros de charges annuelles, ce que les syndicats ont refusé.

Le conflit est donc bloqué. Vendredi en même temps que l’eau était coupée, un élu accompagné d’un huissier est venu constater le refus de quitter les lieux. La prochaine étape semble donc l’expulsion avec appel à la force publique, décision qui doit être validée par le préfet.
C’est pourquoi les syndicats en appellent au ministre du Travail Michel Sapin qui a longtemps été élu du département de l’Indre.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les syndicats de Châteauroux se mobilisent pour empêcher leur expulsion

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement