Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Contentieux

Le village de Chambord gagne une première manche contre l’Etat

Publié le 10/01/2013 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Actu juridique, Régions

La cour administrative d’appel de Nantes a donné raison fin décembre 2012 au village qui veut faire reconnaître ses droits face à l’EPIC gestionnaire du château.

Avec sa décision du 28 décembre, la cour administrative d’appel de Nantes vient de relancer le feuilleton judiciaire qui oppose l’EPIC du Domaine national de Chambord (Loir-et-Cher) à la commune et à trois restaurateurs.

Alors qu’elle avait été déboutée par le TA d’Orléans le 6 mars 2012, la petite commune (114 habitants) vient d’être « rétablie dans ses droits » par ce jugement qui confirme le maire dans ses pouvoirs de police et de stationnement.

En 2011, le Domaine, qui vise l’équilibre budgétaire en 2015, avait décidé de reprendre en direct la gestion des activités commerciales (restaurants, loueurs de bateaux et de vélos) en mettant fin aux baux commerciaux remplacés par des concessions.

Cette volonté avait été confortée par un avis du Conseil d’Etat du 23 juillet 2012 qui institue l’ensemble du Domaine national en domaine public de l’Etat.
Le Domaine pouvait donc reprendre les restaurants et leurs terrasses.

« Le pouvoir d’un maire signifie quelque chose » – Pour s’y opposer, le maire avait alors accordé une autorisation de stationnement des terrasses sur le domaine public, autorisation cassée par le TA et donc validée par la CAA.
Celle-ci a notamment admis « que le maire de Chambord qui était compétent pour délivrer le permis de stationnement » n’aurait pas entaché sa décision « d’un détournement de pouvoir, ni (…) d’une voie de fait ».

« C’est important que la justice souligne que le pouvoir d’un maire signifie quelque chose », a souligné le maire André Joly.

Médiateur – Le Domaine de Chambord envisage de se pourvoir en cassation. Le conflit n’est donc pas achevé. Et cela d’autant plus que le préfet de Loir-et-Cher a nommé un médiateur chargé de négocier avec les commerçants la fin de leurs baux commerciaux.
Un rapport est annoncé pour avril.

Domaines juridiques

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le village de Chambord gagne une première manche contre l’Etat

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement