logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/14716/lamrf-fait-connaitre-ses-conditions-prealables-a-la-reussite-de-la-mise-en-place-du-referentiel-general-dinteroperabilite/

TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION
L’AMRF fait connaître ses conditions préalables à la réussite de la mise en place du référentiel général d’interopérabilité
La Rédaction | France | Publié le 06/03/2007

A l’heure où le référentiel général d’interopérabilité (RGI) – ensemble de règles obligatoires destinées à faciliter les échanges entre les systèmes d’information des administrations (centrales, locales…) – se met en place, Gérard Pelletier, président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF) considère que «plusieurs conditions préalables à la réussite» sont nécessaires. Dans un communiqué du 5 mars, il affirme que la participation de «toutes les catégories d’acteurs et la participation de leurs associations aux travaux préalables sont nécessaires». «Il faut prendre en compte leur faibles capacités d’investissement dans ce domaine», souligne Gérard Pelletier. Les maires ruraux refusent par ailleurs que leur soit imposé un «cadre technique rigide et fermé ignorant les choix plus anciens des collectivités de toutes tailles». «Les coûts engendrés devront être au moins partagés entre les acteurs au premier
rang desquels l’Etat qui ne peut se contenter de charger les collectivités», estime l’AMRF.
La Direction générale à la modernisation de l’Etat (DGME) avait mis en ligne un appel à commentaires [1] sur le projet de RGI, clos depuis août 2006, dont les commentaires ne sont pas accessibles.