logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/14679/une-association-fait-part-de-ses-inquietudes-a-dominique-perben-concernant-letat-davancement-du-tgv-rhin-rhone/

TRANSPORTS
Une association fait part de ses inquiétudes à Dominique Perben concernant l’état d’avancement du TGV Rhin-Rhône
La Rédaction | Régions | Publié le 08/03/2007

L’association Trans Europe TGV Rhin-Rhône-Méditerranée a interrogé le ministre des Transports, Dominique Perben, dans un courrier du 5 mars, à propos du TGV Rhin-Rhône.
En effet, le 3 juillet 2006, ont été lancés les travaux de la première tranche de la branche Est du TGV Rhin-Rhône. Selon l’association, tous les projets TGV français ont été mis à l’étude dans leur globalité en vue d’une réalisation complète, à l’exception du TGV Rhin-Rhône.
«Qu’en est-il de la préparation de la deuxième tranche de la branche Est ? De la branche Sud et de l’état d’avancement de ses études préliminaires ? De la mise à l’étude de la branche Ouest complète ?», interroge l’association dans son courrier [1].
La 2ème tranche de la branche Est (un tronçon de ligne nouvelle entre Belfort et Mulhouse et un tronçon de ligne entre Villers-les-Pots et Genlis) bénéficie déjà d’une déclaration d’utilité publique (décret ministériel du 25 janvier 2002), rappelle l’association qui souhaiterait «voir dès à présent prises les mesures relatives à la poursuite de la préparation de cette 2ème tranche». «Celle-ci augmentera très sensiblement la zone de chalandise du TGV Rhin-Rhône en Allemagne et en Suisse alémanique», se réjouit l’association.
«Le processus de préparation de la branche sud relève également de la responsabilité de l’Etat. Aussi attendons-nous des engagements précis», rappelle l’association avant d’attirer l’attention du ministre sur la branche Ouest entre Aisy et Dijon. D’après elle, cette branche prolonge l’effet TGV et intéresse les relations à destination de la Bourgogne, de la Franche-Comté, de l’Alsace du Sud, de la Suisse alémanique et romande. «Elle est indispensable pour pouvoir faire fonctionner, en complémentarité avec la branche Sud, l’itinéraire alternatif à la LGV Sud-Est dont les perspectives de saturation entre Paris et Lyon sont réelles», argumente l’association.