logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/14388/alsace-lantenne-americaine-dune-agence-de-developpement-du-bas-rhin-epinglee-pour-sa-gestion/

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE
Alsace. L’antenne américaine d’une agence de développement du Bas-Rhin épinglée pour sa gestion
La Rédaction | Régions | Publié le 27/03/2007

La chambre régionale des comptes épingle l’Association de développement du Bas-Rhin (Adira) chargée de la prospection d’investisseurs étrangers en Alsace pour la gestion des salaires et dépenses de son agence américaine Adi, dans un rapport publié le 27 mars.
Le rapport est particulièrement sévère avec certaines dépenses de la directrice de l’antenne américaine Rosanne Foust : frais d’inscription à un club de remise en forme pour deux personnes (8.300 USD), dépenses afférentes à la remise à elle-même d’un trophée de femme d’affaires (3.600 USD) ou « choix d’hôtels coûteux » lors de ses déplacements aux Etats-Unis et en France.
« Des dépenses somptuaires et choquantes », selon Robert Hermann, porte-parole de l’opposition socialiste, qui a demandé, sans l’obtenir, un audit de l’Adira au président du conseil général, Philippe Richert.
D’autant plus que la directrice a bénéficié d’une augmentation de salaire de 34% entre 2000 et 2003 et « n’a pas été en mesure de justifier les motifs ni les bénéficiaires de certains déplacements ou nuitées », déplore le rapport.
Dans son examen de la période 2000 et 2004, la chambre régionale note également le niveau élevé du salaire du directeur de l’Adira, qui gagne deux fois plus, en moyenne, que les directeurs de ces structures en France.
Ce salaire est justifié par l’ancienneté du directeur et la signature de son contrat en 1979, a expliqué Philippe Richert.
Le président du conseil général a reconnu le 27 mars qu’il y avait eu « actes condamnables » et des « comportements inadmissibles qui ne peuvent rester sans suite ». Cependant, ces « dérives » ont eu peu d’impact financier, provoquant surtout un « préjudice en termes d’image », a-t-il fait valoir.
Les désordres, qui ont déjà été rectifiés ou qui le seront prochainement, n’effacent pas l’efficacité de la structure qui a permis la création de milliers d’emplois en Alsace par des entreprises américaines venues s’implanter dans la région, selon Philippe Richert. « L’Alsace est grâce à l’Adira, la deuxième région de France en termes d’implantations d’entreprises américaines », a-t-il souligné.