Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Social

Nord-Pas-de-Calais. Le maire de Boulogne-sur-Mer prend un arrêté anti-mendicité

Publié le 30/03/2007 • Par La Rédaction • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le maire PS de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) Frédéric Cuvillier a pris un arrêté anti-mendicité afin de faire face à l’afflux récent de Roms qui mendient dans les rues avec leurs enfants, a-t-on appris le 30 mars auprès de la mairie.
« La ville a été assiégée de personnes, y compris utilisant des personnes en très bas âge, qui s’adressent à la population par le biais de la mendicité », a déclaré le maire.
L’arrêté interdit toute mendicité dans le centre et la vieille ville.
« C’est une mendicité active voire oppressante et ça n’est pas acceptable, » a ajouté Frédéric Cuvillier, évoquant sa crainte que les « populations s’opposent ».
Selon lui, « il est impossible d’accepter ces arrivées massives » dans une ville où l’on « côtoie tous les jours la misère ». « Il n’est pas acceptable de considérer que ces populations puissent vivre de cette forme de revenu qu’est la mendicité », a-t-il affirmé.
Depuis le début de l’année, plusieurs dizaines de Roms de nationalité roumaine sont arrivés à Boulogne-sur-Mer, squattant les anciens abattoirs de la ville -promis à la démolition- d’où ils ont été expulsés dans le calme le 27 mars.
Une quinzaine d’entre eux ont accepté d’être relogés dans un centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), mais une cinquantaine d’autres ont refusé et se sont installés dans des tentes sur un parking.
Le 26 mars au matin, ces derniers se sont déplacés en périphérie de la ville, et ont installé leurs tentes à proximité d’un fort napoléonien appartenant au Conservatoire du littoral.

marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Nord-Pas-de-Calais. Le maire de Boulogne-sur-Mer prend un arrêté anti-mendicité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement