Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • Le conseil général du Rhône vote une garantie de 40 millions d’euros pour le futur stade de l’Olympique Lyonnais

Equipement

Le conseil général du Rhône vote une garantie de 40 millions d’euros pour le futur stade de l’Olympique Lyonnais

Publié le 30/11/2012 • Par Claude Ferrero • dans : Régions

Le conseil général du Rhône a voté vendredi 30 novembre 2012 une garantie à hauteur de 40 millions d'euros pour le Grand Stade de l'Olympique lyonnais (OL) qui doit accueillir des matches de l'Euro 2016. L’opération sur un équipement symbolique a déclenché les passions.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Après une suspension de séance en raisons de manifestants hostiles au projet du Grand stade, les débats ont repris pour donner lieu à des passes d’armes où le président du département, Michel Mercier (UDI), a obtenu une majorité de circonstance, enregistrant le soutien des élus socialistes et la défection des conseillers UMP. Au total, 36 élus UDI, PS et radicaux ont voté pour la garantie, 15 élus principalement UMP, Verts et PCF ont voté contre, et 2 se sont abstenus.

La garantie du département du Rhône porte sur 50% du montant total (80 millions d’euros) d’une émission obligataire dans le public lancée par la société Foncière du Montout, filiale du groupe OL, chargée de la réalisation du Stade des Lumières dont les fondations sont en chantier. Soit un engagement sur 40 millions pour le remboursement de l’opération dont la durée est de neuf ans. Ces 80 millions d’euros complèteront le financement de l’équipement qui devrait bénéficier de 200 millions d’emprunts bancaires, et de 120 millions d’autofinancement.

« Ceux qui jouent petit bras » – Aux détracteurs condamnant le soutien public de la collectivité à un projet privé, Michel Mercier a rétorqué qu’il agissait dans le cadre législatif du texte du 1er juin 2011 sur l’organisation de la coupe de l’UEFA en 2016 : « la loi permet aux collectivités d’apporter des aides, y compris des aides indirectes comme les garanties, aux projets de construction des enceintes sportives pour l’accueillir l’Euro 2016 ainsi que des équipements connexes » a-t-il rappelé en indiquant que « le ratio du partage du risque s’applique et limite la garantie de la collectivité à 50% du remboursement du financement», conformément à l’article L 3231-4 du CGCT. Le président du Rhône a aussi ironisé sur ceux qui « jouent petit bras » en l’accusant de voler au secours de Gérard Collomb, président du Grand Lyon et ardent défenseur du grand stade : « L’agglomération lyonnaise a besoin d’infrastructures à la hauteur de ses ambitions et le département a toujours soutenu la ville pour les grands projets de développement ». Selon lui, « la garantie n’est pas faite pour être mise en œuvre, mais pour rendre possible l’avancée du dossier. On garantit actuellement un stock d’environ 1,2 milliard d’euros et personne ne dit rien».

Risque juridique – Une réponse également au groupe UMP qui a voté contre la garantie en invoquant « le risque juridique » dans un dossier où « le département n’a pas forcément compétence » à s’engager. Béatrice Vessilier (EELV) a aussi pointé l’argument des compétences au détriment de la solidarité et du social, compétences prioritaires, et a condamné « le manque de crédibilité financière de ce dossier OL et les raisons des difficultés à boucler le plan de financement ». Selon elle, les recours des contribuables contre la décision départementale sont déjà en cours de rédaction.

Outil économique – De son côté, Jérôme Sturla, maire de Décines, ville où doit être construit le stade, considère la garantie comme « un outil économique dans la logique d’intervention des collectivités. Ce n’est pas une subvention mais l’expression d’un volontarisme pour sécuriser un projet économique de développement ». L’élu local a tenu à rappeler que la garantie comporte en contrepartie 5% du temps de travail à la construction/exploitation réservé à un public en insertion. Par ailleurs, l’opération comporte une hypothèque de 2ème rang. Si la garantie devait être mise en œuvre dans neuf ans, le département pourrait faire jouer l’hypothèque sur les biens de l’enceinte sportive ou prendre 20% du capital de la société du Montout.

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le conseil général du Rhône vote une garantie de 40 millions d’euros pour le futur stade de l’Olympique Lyonnais

Votre e-mail ne sera pas publié

prozac pétrifié

04/12/2012 02h06

En bon capitaliste, l’OL travaille avec l’argent des autres via un emprunt par obligations vendues au public puis avec la garantie des fonds publics du CG 69. Si cela tente les supporters et les joueurs de l’OL mais c’est peu probable.

Les discours du maire de Decines ne sont basés que sur des promesses. Aucune etude – independante s’entend – n’a jamais démontré les retombées économiques d’un stade de foot. M le maire de Decines peut venir à Lille constater le désastre du Grand Stade pour les finances de la communauté urbaine.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement