Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Décentralisation

Questions citoyennes pour la réforme territoriale

Publié le 29/11/2012 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Philippe Audic

Philippe Audic

Président du conseil de développement de Nantes métropole (590 000 hab., 24 communes, Loire-Atlantique)

Le nouvel acte de la décentralisation doit rendre le dispositif territorial plus efficace. Les propositions du gouvernement sont attendues et le Premier ministre, récemment encore maire d’une grande ville novatrice [Nantes, ndlr], est légitime pour son audace.

L’attente de réformes n’est pas que celle des élus, c’est aussi celle de citoyens d’un puzzle territorial de réseaux, de flux, d’espaces virtuels. L’appartenance est multiple et les territoires sont de plus en plus… introuvables.

Les rapports à l’espace se lisent dans de nouveaux modes de vie transcendant les institutions. Il ne s’agit plus de découper le territoire, mais d’organiser les interfaces entre des espaces aux limites floues.

Dans ces territoires non finis, l’art de la gouvernance réside dans la gestion des décalages. Cette situation est déstabilisante parce que le monde émergent combine les lieux et les réseaux.

Les mois à venir seront nourris de contributions d’experts sur la suppression des échelons, les financements croisés, sans oublier le fameux cumul des mandats.
Cette réforme mérite plus qu’un débat d’experts.

Pour ne pas oublier des citoyens qui ont le sentiment d’être dépossédés de leur rôle par la complexité institutionnelle, il faut fournir des réponses aux quatre grandes questions de fond suivantes :

  1. La réforme permettra-t-elle une amélioration des performances du dispositif administratif et facilitera-t-elle sa compréhension par les citoyens ?
  2. Comment la réforme traitera-t-elle la question démocratique pour réduire le fossé entre les décideurs publics et les citoyens, lesquels exercent leur droit de vote dans des communes décidant de moins en moins, tout en étant tenus éloignés d’institutions décidant de plus en plus ?
  3. La décentralisation favorise-t-elle, en soi, une meilleure insertion du citoyen dans le processus de décision publique ?
  4. La réforme va-t-elle « bouger » les territoires pour inventer de nouveaux modes de gouvernance, thématiques ou ponctuels, sur des périmètres adaptables ?

Si des réponses novatrices étaient apportées à ces questions citoyennes, alors la réforme territoriale renforcerait, à la fois, la démocratie locale et l’efficacité administrative.

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Questions citoyennes pour la réforme territoriale

Votre e-mail ne sera pas publié

logique

30/11/2012 08h36

Ainsi donc, il va y avoir une grande réforme.
Le Conseil Général va s’appeler Conseil départemental…
Employé au service courrier d’un conseil général, je reçois déjà du courrier du Conseil départemental, celui de l’ordre des avocats, des médecins, des notaires, etc…
Serons nous les bons à « faire suivre » ce courrier où à le refouler, où le mettre à la poubelle…
Les services en charge de la distribution du courrier (la Poste, ou autre opérateur) vont se faire mal voir, à cause des erreurs ; la lecture optique va lire le code postal, l’intitulé (conseil départemental) et va mettre dans la tournée du facteur de l’actuel conseil général…
A propos de la Poste, TOUTES LES COLLECTIVITES FRANCAISES sont en infraction avec les réglements de l’UE… qui a ouvert le marché à la concurrence. Il devrait y avoir des marchés publics depuis 2010 pour l’envoi et la distribution du courrier. Ce n’est pas fait. Pourquoi ? manque d’opérateurs, on pourrait se faire livrer et envoyer le courrier par US Postal…
Mesdames et Messieurs les politiques, lorsque vous ouvrez une porte, faites attention qu’il n’y ait pas une fenêtre ouverte, sinon, attention aux courants d’air…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement