Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Congrès des maires 2012

Petite enfance : les maires « asphyxiés » par la prestation de service unique

Publié le 22/11/2012 • Par Michèle Foin • dans : Actu expert santé social, France

L’atelier consacré à la petite enfance a largement fait remonter les inquiétudes des élus à l’égard du financement des structures d’accueil de la petite enfance. Depuis le début de l’année, la CNAF se montre en effet intransigeante sur la stricte application des règles de la PSU, jusqu’à inquiéter les élus sur la pérennité de leurs crèches.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Congrès des maires 2012 : les élus face à la rigueur

Ce jeudi 22 novembre, Dominique Bertinotti, ministre déléguée en charge de la famille, n’a pas fait qu’une simple apparition à l’atelier du 95e Congrès des maires dédié à la petite enfance. Deux heures durant, elle a écouté et répondu aux questions d’une assemblée particulièrement remontée sur la question du financement de l’accueil de la petite enfance. C’est que l’enjeu est de taille pour la ministre, qui a lancé en novembre sa mobilisation pour la petite enfance et la parentalité, et qui entend corriger les inégalités territoriales en matière d’accueil des tout petits. « L’Etat ne peut admettre que certains départements aient un taux de couverture et de 8 places d’accueil pour 100 enfants de moins de 3 ans, quand d’autres affichent 80 places », a-t-elle déclaré. Or, pour cette ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Références

Circulaire

Cet article fait partie du Dossier

Congrès des maires 2012 : les élus face à la rigueur

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Petite enfance : les maires « asphyxiés » par la prestation de service unique

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement