Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • Inquiétude pour l’avenir après la disparition du commissariat général pour le développement de la vallée de la Seine

Développement économique

Inquiétude pour l’avenir après la disparition du commissariat général pour le développement de la vallée de la Seine

Publié le 21/11/2012 • Par Patrick Bottois • dans : Régions

Désormais ex-commissaire général pour le développement de la vallée de la Seine dont la mission a été supprimée le 13 novembre 2012 par le Premier ministre en même temps que le commissariat éponyme, Antoine Rufenacht s’inquiète de l’avenir des projets liés au Grand Paris jusqu’à la mer et au développement de l’axe Seine.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Que le commissariat et mon nom disparaissent, ce n’est pas ce qu’il y de plus important, commente l’ex-commissaire, mais deux choses m’inquiètent. D’une part que le gouvernement n’ait pas de stratégie pour le Grand Paris et le développement de l’axe Seine. D’autre part que les élus socialistes normands, chefs de file des deux Normandie, ne fassent pas ou pas assez entendre leurs voix pour ces projets. »

Les propos d’Antoine Rufenacht visent prioritairement la ligne à grande vitesse qui pourrait relier à l’horizon 2020 Paris au Havre et Caen en 1 h 15, et Paris à Rouen en 45 minutes.
Celle-ci représente à ses yeux un enjeu national pour le développement économique du pays, avec les ports du Havre, de Rouen et de Paris.
Et si on ne la construit pas, « on ne pourra jamais libérer la ligne actuelle pour créer une ligne consacrée au fret ferroviaire, indispensable à l’économie de demain ».

Aux élus régionaux de rendre le projet prioritaire – Si l’ancien maire (UMP) du Havre reconnaît qu’au vu de la situation financière de l’Etat, il est impossible à celui-ci de réaliser tous les grands projets structurants, il estime que c’est aux élus régionaux de rendre celui de la LGV normande « prioritaire par rapport aux autres grands projets en discussion ».

De même, s’il sait qu’il faudra phaser les travaux pour mettre en place cette LGV, il insiste pour que le projet reste pris en compte dans son intégralité : « Que l’on ne prenne pas l’ombre pour la proie, que ce phasage ne fasse pas perdre de vue l’objectif, à savoir la construction in fine d’une LGV. »

Il craint en effet, tout comme son successeur UMP à la mairie havraise, Edouard Philippe, que les travaux désormais actés par le gouvernement ne contentent les élus régionaux avec un simple gain de temps et de meilleures conditions de circulation entre Paris et la Normandie.
Ces travaux consistent en la construction d’une ligne dédiée au trafic voyageurs avec la Normandie entre Mantes-la-Jolie et Paris. Ce passage obligé étant régulièrement engorgé et source majeure de l’impossibilité d’améliorer la desserte ferroviaire de la Normandie.

Acte 3 jeudi 22 novembre – En tout état de cause, Antoine Rufenacht sera absent jeudi 22 novembre à l’occasion de « l’acte III de l’Axe Seine » organisé à Paris, à l’invitation de Bertrand Delanoë.
Prévu de longue date, après celui du Havre dont Antoine Rufenacht avait été l’initiateur, et celui de Rouen sous la houlette de Laurent Fabius, ce troisième rendez-vous de l’ensemble des acteurs du développement de l’axe Seine permettra peut-être de savoir si le défunt « commissariat » créé en 2011 par l’ancien gouvernement sera remplacé.

Sans en dire plus avant ce rendez-vous, les élus socialistes des régions concernées, Ile-de-France, Basse et Haute-Normandie, pourraient cependant y proposer une structure collégiale, associant des représentants des trois collectivités, pour activer le développement de l’Axe Seine.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Inquiétude pour l’avenir après la disparition du commissariat général pour le développement de la vallée de la Seine

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement