Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elections législatives

Impossiblilité de démissionner pour le suppléant d’un parlementaire

Publié le 14/11/2012 • Par Brigitte Menguy • dans : Jurisprudence

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

En annulant les élections de MM. Devedjian et Plagnol, le Conseil constitutionnel a rappelé la ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Domaines juridiques

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Impossiblilité de démissionner pour le suppléant d’un parlementaire

Votre e-mail ne sera pas publié

VOISIN

15/11/2012 10h46

J’estime que le fait que ces deux parlementaires, dont l’un au moins a été ministre de la République aient pris pour suppléant, des personnes déjà suppléantes de sénateurs, alors qu’ils n’ignoraient pas qu’en agissant ainsi, ils risquaient l’annulation de leurs élections ont fait un choix difficilement compréhensible pour le citoyen lambda. A moins qu’ils aient choisi délibéramment d’agir de la sorte afin de provoquer des élections partielles, en sachant qu’en général celles-ci sont plus favorables aux candidats de l’opposition qu’à ceux de la majorité en place. De surcroît, ces élections partielles vont générées, probablement, une couverture médiatique importante. On parlera d’eux, c’est peut-être l’objectif non avouable résultant du choix de leurs suppléants qui juridiquement n’étaient autorisés à être candidats à leurs côtés.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement