Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Responsabilité

Accouchement sous X : faute présumée du département en cas de levée d’anonymat

Publié le 13/11/2012 • Par Brigitte Menguy • dans : Jurisprudence

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En application de l’article L. 133-4 du code de l’action sociale et des familles selon ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Accouchement sous X : faute présumée du département en cas de levée d’anonymat

Votre e-mail ne sera pas publié

VOISIN

14/11/2012 09h36

Cet arrêt de Jurisprudence est tout à fait logique. Une mère biologique qui a accouché sous X n’a pas à connaître le nom de la famille qui adopté son enfant. Elle avait deux mois après l’accouchement pour se rétracter, elle ne l’a pas fait, elle a donc perdu toute autorité sur cet enfant. Il y aurait beaucoup à dire sur le fonctionnement du service de la protection de l’enfance de certains conseils généraux, qui dans un autre domaine refusent de donner le nom d’une dénonciatrice qui a téléphoné au numéro d’urgence de l’enfance maltraité sans raison, uniquement par vengeance. Bien que l’enquête sociale n’ait pas constatée de maltraitance. Il est impossible de connaître le nom du délateur. Il est alors impossible de le poursuivre pour dénonciation calomnieuse.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement