Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

drogues

Bordeaux : la salle de shoot soutenue à droite comme à gauche

Publié le 31/10/2012 • Par Karine Ménégo • dans : Actu prévention sécurité, Régions

Depuis les propos de Marisol Touraine sur BFM TV, dimanche 21 octobre 2012, Alain Juppé ne cesse de dire qu'il n'est pas opposé à l'expérimentation dans sa ville d'une salle d'injection pour réduire les risques inhérents à la toxicomanie, pourvu « qu'elle soit juridiquement bien encadrée, et qu'elle naisse d'une large concertation ». Lundi 29 octobre, son outsider socialiste à la mairie, le président de la communauté urbaine de Bordeaux Vincent Feltesse, a relancé la polémique qui agite la ville en inscrivant à son agenda public la visite d'une salle de shoot, à Bilbao le 2 novembre.

« Nous serons dans la voiture en route pour Bilbao avec lui », ont déclaré mardi 30 octobre deux des représentants associatifs bordelais les plus actifs, tous les deux opposés à cette expérimentation.
« Il existe quatre structures d’aide aux toxicomanes dans le même périmètre que deux lycées et d’une résidence estudiantine. Avant d’aller imaginer un énième dispositif expérimental, demandé avant tout par l’association de soutien aux toxicomanes La Case, que les collectivités se concertent pour élaborer ensemble une véritable stratégie de santé territorialisée », fulminent les présidents de deux des associations de riverains et de commerçants, Stéphane Pusateri et Christian Baulme.

Besoins identifiés qui peuvent varier selon le contexte – Ces deux militants ne veulent pas d’une salle de shoot en plein centre historique de Bordeaux, et doutent même de l’intérêt d’une telle structure dans une ville où, selon eux, peu de toxicomanes consomment en plein air.
Ils appuient notamment leur argumentaire sur un rapport de l’Inserm daté du 36 juin 2010. La synthèse de ce document souligne que « pour que les centres d’injection soient efficaces, il est nécessaire qu’ils répondent à des besoins identifiés qui peuvent varier selon le contexte : importance de l’injection en public, nombre d’usagers injecteurs sans contact ou en rupture avec des structures de soin, nombre d’overdoses mortelles, existence de problèmes de santé liés à l’injection… Leur intégration dans un dispositif plus large de services, avec une bonne communication entre les services, est également un élément de leur réussite. »

Or, le conseil général de la Gironde (PS), qui cofinance des structures de soutien aux toxicomanes, est muet à ce sujet. Et le conseil régional (PS) a réagi dès lundi 22 octobre, pour « salue[r] la volonté exprimée par la ministre de la Santé d’expérimenter les « salles de shoot » en France avant fin 2012 ».

138 000 euros de la part de la région – Egalement vice-président de l’association bordelaise d’aide aux toxicomanes La Case, la conseillère régionale socialiste Naïma Charaï a ajouté que « la région avait d’ailleurs soutenu la création de cette salle [de shoot à Bilbao] à hauteur de 138 000 euros (Feder transfrontalier) […]. La région Aquitaine soutiendra donc toute démarche équivalente sur l’agglomération bordelaise. »

Sollicité de toutes parts sur le sens de cette visite à Bilbao de Vincent Feltesse, la communauté urbaine de Bordeaux précise que celle-ci a lieu « dans le cadre de son mandat de député de Bordeaux et pour son travail pour la commission jeunesse du PS ».

Actuellement, il existe des centres d’injection supervisés dans 8 pays : Allemagne, Australie, Canada, Espagne, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas et Suisse. « Le sujet ne fait pas consensus à Bordeaux, même parmi les acteurs médicaux et les spécialistes associatifs concernés », souligne l’adjointe aux précarités d’Alain Juppé, Alexandra Siarri.
Cette dernière rappelle que « l’idée d’un bus pour aller à la rencontre des toxicomanes dans la rue et dans les squats circule depuis deux ans », non sans préciser que la ville ne dispose pas de données consolidées sur la toxicomanie de rue.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Bordeaux : la salle de shoot soutenue à droite comme à gauche

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement