Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Edito

Dexia : un démantèlement (très) désordonné

Publié le 02/11/2012 • Par Jacques Paquier • dans : Billets finances

Agence Dexia
R-DV-RS_Flikr_cc
La concentration des actifs toxiques de Dexia au sein de Dexia Crédit local priverait les collectivités de tout espoir de retour à meilleure fortune.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Si le règlement de la faillite de Dexia s’éternise, ce n’est pas seulement en raison de la dimension systémique du dossier. Cela s’explique également par le fait qu’une nouvelle banque doit naître sur les décombres de l’établissement franco-belge : la co-entreprise La Banque Postale Caisse des dépôts.
Avec, au centre de ce jeu d’acteurs, Dexma, la société de crédit foncier de Dexia, pressentie pour devenir le véhicule de financement de la joint-venture (JV). Dexma qui détient, dans son bilan, des milliards de prêts toxiques, dans un imbroglio jusqu’à présent inextricable.

Plusieurs scénarios s’affrontent aujourd’hui. Un premier consiste à transférer les actifs toxiques de Dexma au sein de Dexia Crédit local, transformé en « bad bank ». Dexma, ainsi « nettoyé », deviendrait le véhicule de financement de la JV.
Ce scénario, extrêmement complexe à mettre en oeuvre compte tenu du portefeuille de dérivés attachés à ces crédits a les faveurs de Bruxelles, car il extrairait Dexma du champ des garanties des Etats, elles-mêmes liées aux actifs toxiques de Dexma. Une garantie qui contrevient au principe européen de concurrence libre et non faussée.
Mais ce scénario comporte un énorme défaut : il figerait les emprunts toxiques contractés par les collectivités auprès de Dexia sans autre espoir d’en sortir que grâce à d’hypothétiques jugements, qui pèseront lourd pour le contribuable, qu’il soit national ou local…

« Nous cherchons une solution intermédiaire, qui permettrait à Dexia de continuer à prêter aux collectivités, afin de diluer la soulte de leurs emprunts toxiques dans de nouveaux prêts, tout en sortant Dexma du champ des garanties de l’Etat, résume un conseiller ministériel. Ce scénario permettrait une poursuite de la désensibilisation du porte-feuille toxique des collectivités. Cela réduirait le risque des collectivités, celui de Dexia, et donc celui des Etats, en attendant un retour à meilleur fortune qui n’est pas à exclure », poursuit-il.
« Pour cela, la seule issue consiste à ce que La Banque postale et la Caisse des dépôts acceptent de prendre une part de l’héritage toxique de Dexia, ce qu’elles refusent depuis le début », ajoute un expert.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Dexia : un démantèlement (très) désordonné

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement