Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Qui présidera les conférences territoriales ?

Publié le 24/10/2012 • Par Aurélien Hélias • dans : France • Source : Courrier des maires.fr

Alors que les régions revendiquent la présidence de ces conférences instaurées par le futur projet de loi de décentralisation, communes et départements souhaitent un fonctionnement plus démocratique.

Intervenant en clôture d’un colloque consacré aux 30 ans de la décentralisation et organisé par le Courrier des maires et la Gazette des communes le 23 octobre 2012, la ministre de la décentralisation et de la réforme de l’Etat est longuement revenue sur les « conférences territoriales pour l’action publique » qu’elle appelle de ses vœux. « Elles concrétisent notre souhait de ne pas enfermer les collectivités locales dans un modèle unique, qu’il s’agisse des compétences transférées ou des formes de leur exercice. Etats et collectivités discuteront compétence par compétence des modalités concrètes d’exercice, dans le respect du principe de non-tutelle d’une collectivité sur l’autre. Ces conférences doivent nous permettre de mieux prendre en compte la diversité des territoires ruraux, urbains, péri-urbains ou métropolitains, tout en cherchant à rendre au citoyen le service public le plus juste et le plus efficace », a décrypté Marylise Lebranchu.

Pas de « conseil régional bis » – A peine cette description effectuée, la ministre a tout de même tenu à limiter la portée de cette future conférence régionale : « Je rassure le président [Alain] Rousset, ces conférences n’ont pas vocation à devenir un conseil régional bis. »
Absent de dernière minute au colloque, le président de l’Association des régions de France (ARF) avait la semaine précédente, lors du congrès annuel de l’association à Lyon, vivement prévenu les autorités publiques : « S’il s’agit de créer à travers cette conférence une assemblée disant à la région ce qu’elle doit décider et voter, ce sera raté. S’il s’agit de faire de cette conférence un Sénat interlocuteur de l’assemblée régionale, cela sera sans nous. » Le tout avant d’ajouter qu’il revenait « aux régions de présider cette instance »

Un « choix libre des élus » pour la présidence ? – Oui, mais voilà, nombre d’élus locaux ne l’entendent pas ainsi, au premier rang desquels les présidents des autres associations représentatives des collectivités. « Les membres de la conférence décideront entre eux qui préside », a plaidé lors du colloque le patron des départements de France, Claudy Lebreton.
Pour le président du conseil général des Côtes-d’Armor, il s’agit ainsi de matérialiser « une majorité politique » issue de la conférence territoriale régionale. Pas question donc de voir le président de région prendre automatiquement la tête de cette instance, ou à l’inverse d’assister « à un retour du préfet » comme évoqué parfois.

Même position pour le président de l’Association des maires de France (AMF) qui milite pour « que « l’animateur soit l’objet d’un choix libre de l’ensemble des élus territoriaux de la région ». Et à l’heure de préfigurer ce que sera cette instance, parfois appelée « conférence régionale des compétences », Jacques Pélissard a souligné sa volonté que « l’ensemble des communes, avec leurs différences démographiques, géographiques, politiques, soient représentées ».

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Qui présidera les conférences territoriales ?

Votre e-mail ne sera pas publié

GIMIMI

29/05/2013 11h23

Les règles mathématiques ont le vie dure. Tant que l’on n’aura pas réduit le nombres communes en fixant le minimum à 7000 habitants par commune comme l’avait indiqué la commission ATTALI en 2008 on n’arrivera pas à rendre cohérent l’organisation des collectivités territoriales. Et surtout, on continuera de garder des structures obsolètes et des pratiques administratives du 19ème siècle à l’heure de l’économie numèrique. On fait 25 kilomètres tous les jours pour aller au travail mais on ne peut pas se rendre, deux ou trois fois par an, à la Mairie du Chef lieu d’un canton de 7000 habitants. Si vous demandiez l’avis de la population plutôt que celui des élus vous retouveriez que : 2+2=4.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement