Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • Décès d’un nouveau-né dans le Lot : « Des ratios nationaux non adaptés » (Alain Mellinger, conseiller général )

organisation hospitalière

Décès d’un nouveau-né dans le Lot : « Des ratios nationaux non adaptés » (Alain Mellinger, conseiller général )

Publié le 23/10/2012 • Par Christiane Wanaverbecq • dans : Régions

Le décès d'un nouveau-né de sept mois sur l'autoroute A20 le 19 octobre 2012, alors que sa mère se rendait en compagnie de son compagnon à un centre de prénatalité à Brive-la-Gaillarde (Corrèze), à plus d'une heure de son domicile à Lacapelle-Marival (Lot), relance le débat de la fermeture du service de maternité du centre hospitalier de Figeac (Lot) intervenue en 2009. La Gazette a fait réagir Alain Mellinger, conseiller général de Figeac-ouest et président du conseil de surveillance du centre hospitalier de Figeac.

Au lendemain de l’accouchement dramatique qui a mis en lumière le retard du Lot(1), Alain Mellinger, conseiller général de Figeac-ouest et président du conseil de surveillance du centre hospitalier de Figeac (Lot), réclame des mesures d’urgence.

Il demande notamment :

  • un moratoire sur la fermeture des services ;
  • de ne pas appliquer la tarification à l’activité dans les territoires « où il y a un long temps de trajet », et « pour des pathologies difficiles ».

« Dans le Lot, Cahors accueille la seule maternité de niveau 1, capable de prendre en charge des prénatalités, mais c’est également à plus d’une heure du domicile de la jeune femme qui habite une commune du nord-est du département. Si Figeac avait eu sa maternité, elle aurait pu y attendre un autre mode de transport dans un cadre médicalisé », a-t-il ajouté.

Tenir compte de la réalité locale – Pour l’élu, le drame est « l’illustration de l’application de ratios nationaux qui ne tiennent pas compte de la réalité locale ». La maternité du centre hospitalier de Figeac a en effet fermé en 2009 car elle ne réalisait plus que 280 accouchements par an alors que le seuil établi à l’époque par l’ex-ARH se situait à 300.

« C’est peu, selon les ratios nationaux, mais beaucoup à l’échelle d’un département comme le Lot qui compte moins de 200 000 habitants avec une faible densité, sachant que la zone de chalandise de l’hôpital de Figeac se situe autour de 40 000 habitants(2) », a-t-il précisé à La Gazette des communes, regrettant « des schémas nationaux qui tiennent très mal compte des distances en kilomètres ».

Enquête en cours – De son côté, Martin Malvy, président du conseil régional de Midi-Pyrénées, a adressé le 21 octobre un courrier à l’agence régionale de santé demandant une enquête sur les trois dernières années.

« (…) Je pense plus particulièrement aux conditions dans lesquelles des accouchements ont eu lieu à l’hôpital de Figeac, malgré la fermeture de la maternité, aux accidents qui ont pu se produire et dont nous n’aurions pas eu connaissance, à ce qu’à dû être l’intervention des sapeurs-pompiers, voire d’autres services, aux accouchements pendant les transports ou à domicile. Le fonctionnement du centre périnatal devra lui-même faire l’objet d’une expertise », est-il écrit dans le courrier.

L’ARS aurait nommé six inspecteurs : deux envoyés au centre hospitalier à Brive-la-Gaillarde, deux à celui de Cahors, et deux autres à celui de Figeac.

Notes

Note 01 Une étude de la Drees montre que malgré la réduction du nombre de maternités, le temps d’accès médian observé pour s’y rendre est resté stable entre 2001 et 2010 : la moitié des femmes mettent moins de 17 minutes pour aller accoucher. Mais dans le Lot, le temps se situe à 35 minutes. Le département comptait trois communes équipées d’une maternité en 2001. Il n’en compte plus qu’une en 2010 dans le chef-lieu à Cahors. Parallèlement, alors que le nombre de femmes en âge d’accoucher est resté stable sur la période, le nombre de lits a été divisé par trois : de 55 à 18 lits dans le Lot. Retour au texte

Note 02 32,8 habitants par km2 en 2007. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Décès d’un nouveau-né dans le Lot : « Des ratios nationaux non adaptés » (Alain Mellinger, conseiller général )

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement