Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elections

Outre-mer. 700 000 électeurs iront aux urnes dès le 9 juin pour les législatives

Publié le 07/06/2007 • Par La Rédaction • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Comme pour la présidentielle, environ 700 000 électeurs d’outre-mer, résidant aux Antilles, en Guyane ou à Saint-Pierre-et-Miquelon, vont jouer les éclaireurs pour le premier tour des élections législatives, en votant le 9 juin, un jour avant ceux de la métropole.
Ce vote avec 24 heures d’avance est une première pour un scrutin législatif, si l’on excepte le cas de la Polynésie (deux députés) qui votait depuis 1997 le samedi.
Il s’agit du quatrième scrutin pour lequel les ultra-marins de la zone «Amérique» votent en avant-première, après les européennes de 2004, le référendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen et la récente élection présidentielle.
Une modification constitutionnelle, adoptée en 2003, a mis fin à une aberration : les électeurs d’outre-mer votaient en connaissant, décalage horaire oblige, le résultat de la métropole.
Ainsi, le 21 avril 2002, au premier tour de la présidentielle, alors que l’Hexagone apprenait que le second tour allait opposer Jacques Chirac à Jean-Marie Le Pen, les bureaux de vote ouvraient à peine en Polynésie et il restait plusieurs heures de vote à Saint-Pierre-et-Miquelon, en Guyane et aux Antilles.
Si tous les bureaux de vote concernés le 9 juin ouvriront localement à 8 heures, les premiers à se rendre dans les isoloirs seront les 4 900 électeurs de Saint-Pierre-et-Miquelon, à quelques encablures du Canada. Il sera déjà midi à Paris.
Puis, ce sera le tour des Guyanais, puis des Guadeloupéens et des Martiniquais.
Si les autres électeurs d’outre-mer voteront le 10 juin, comme en métropole, ils seront toujours en avance face aux urnes. Il ne sera que 22 heures, le 9 juin à Paris, quand les 11 000 inscrits de Wallis et Futuna se rendront aux urnes. A 23 heures, ce sera le tour des électeurs de Nouvelle-Calédonie. Les derniers seront les Réunionnais, à partir de 6 heures, le 10 juin, puis les habitants de Mayotte, à 7 heures. Quant aux Polynésiens, ils ont cette fois huit jours d’avance, pour des raisons de logistique.
Mais pour le second tour des législatives, les Polynésiens voteront comme les Antillais, les Guyanais et les habitants de Saint-Pierre et Miquelon, juste avant la métropole : le 16 juin.

Thèmes abordés

marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Outre-mer. 700 000 électeurs iront aux urnes dès le 9 juin pour les législatives

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement