Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Refondation de l’école : les syndicats critiquent les nouvelles prérogatives des régions

Publié le 18/10/2012 • Par Michèle Foin • dans : A la une, France

Soutien scolaire en primaire
Fotolia
C’est dit, c’est acté : les régions joueront un rôle central dans le futur service public d’orientation et dans la définition de la carte de formations, ce qui suscite de vives réactions syndicales

Le 16 octobre 2012, Vincent Peillon, qui clôturait ses négociations avec les syndicats enseignants dans le cadre de la préparation de la loi de programmation et d’orientation pour l’école, a confirmé le rôle central que joueraient les régions dans le « service public territorialisé de l’orientation ».
Des prérogatives régionales que les syndicats accueillent assez fraîchement. « Pour nous, l’orientation fait partie du système éducatif, c’est même une clé de la réussite du parcours scolaire. A ce titre, elle doit rester du domaine de l’Etat », martèle Jean-Marie Le Boiteux, secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement technique agricole public (SNETAP – FSU).
De son côté, F.O. pointe la délicate situation du conseiller d’orientation, qui reste fonctionnaire de l’Etat, mais dont les missions hors établissements d’enseignement seront définies conventionnellement avec les régions. « Il nous a été dit que la région devenait coordonnatrice de tous les acteurs de l’orientation, rapporte Jacques Paris, secrétaire général du Syndicat national F.O. des lycées et collèges. Il y a donc fort à craindre que l’orientation scolaire soit fondue dans le concept plus global d’orientation tout au long de la vie et que les conseillers d’orientation, dans la logique du guichet unique, se voient obligés d’élargir leurs missions en mairie ou à Pole Emploi. »

Favoritisme – Que les régions deviennent les pilotes de la carte des formations suscite également de nombreuses interrogations. « Pour certaines spécialités d’enseignement professionnel, les besoins ne sont pas suffisants pour proposer des formations sur tout le territoire. La région ne sera-t-elle pas tentée de favoriser l’admission des élèves de son propre territoire, au détriment des élèves extérieurs à la région ? Les régions limitrophes seront-elles capables de s’entendre entre elles pour éviter de se faire concurrence ? » se demande Jean-Marie Le Boiteux. « Les régions veulent maîtriser la carte des formations, mais ne veulent pas gérer de personnels. Or comment une région pourra-t-elle imposer à l’Etat l’affectation des enseignants en cas d’ouverture de section ? » pointe-t-il encore.

Quid de l’enseignement agricole ? – Une autre interrogation concerne les formations concernées par la décentralisation. « Dans tous les discours, il est évoqué l’enseignement professionnel et l’enseignement agricole. L’enseignement agricole comprend l’enseignement secondaire mais aussi l’enseignement supérieur court, organisé dans les lycées. Or les lycées agricoles ne sont pas des lycées professionnels en tant que tels puisqu’ils comprennent les enseignements professionnel, technologique et général. Je vois mal certains établissements relever des régions, et d’autres de l’Etat…»

F.O. comme la FSU doutent de la capacité des régions à assurer une équitable complémentarité entre apprentissage et enseignement professionnel sous statut scolaire. « Les régions auront le dernier mot sur les ouvertures de section en lycée professionnel. Comme la formation professionnelle sous statut scolaire coûte plus cher que l’apprentissage, il y a fort à parier qu’elles favoriseront ce dernier. Avec les conseillers d’orientation désormais dépendants des régions, cela fait système ! », soupçonne Jacques Paris. Or pour Jean-Marie Le Boiteux, le choix de l’apprentissage pour un métier doit avant tout relever des élèves et des familles, pas des régions.

Autant d’interrogations qui remettent en cause le principe même de la décentralisation et qui devront trouver réponse dans le cadre de l’acte III de la décentralisation. Les régions sont en tout cas loin d’avoir obtenu un blanc seing auprès des syndicats.

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Refondation de l’école : les syndicats critiquent les nouvelles prérogatives des régions

Votre e-mail ne sera pas publié

ugottale

19/10/2012 04h21

C’était trop simple au siècle dernier :
– Communes = primaires !
– Départements = collèges !
– Régions = lycées !
– ETAT = 3ème cycle !

Déjà , mon PCG avait obligé toutes les communes à payer leur quote-part de collèges jusqu’au bout du bout de la loi , c’est-à-dire en 1997 , pour
offrir 20 millions de francs à la recherche agronomique pour produire du biocarburant à partir des betteraves , biocarburant renié aujourd’hui par les verts les plus fanatiques !

Si les 36500 communes étaient supprimées après fusion avec les 2500 COLLECTIVITES TERRITORIALES ( ca , cu , cc , pp ) , celles-ci pourraient être responsables de l’enseignement de proximité du primaire et des collèges ! et les 8 REGIONS , fusionnées avec les départements , pourraient accueillir les lycées et la plus grande partie du 3ème cycle !
…..mais ce serait trop simple et obligerait les 550000 élus à devenir moins de 100000 !
à moins de 100000 !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement