logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/13460/ile-de-france-4-000-allocataires-du-rmi-en-moins-en-un-an-a-paris/

SOCIAL
Ile-de-France. 4 000 allocataires du RMI en moins en un an à Paris
La Rédaction | Régions | Publié le 14/06/2007

La mairie de Paris annonce, le 14 juin, un chiffre de 4 000 allocataires du RMI en moins, à Paris, en mars 2007 par rapport à mars 2006, après quatre ans de forte augmentation entre 2002 et 2006.
Alors que la majorité municipale présentera au prochain conseil de Paris (25-26 juin) le plan départemental d’insertion 2007-2008, Christian Sautter, adjoint aux finances, a souligné que le nombre de Rmistes a atteint 58 200 au 31 mars dernier (contre 62.600 fin 2005). Les dépenses consacrées par Paris à l’insertion sont passées de 36,7 millions d’euros en 2001 à 54,1 millions d’euros en 2006.
Gisèle Stievenard, adjointe à la solidarité, a jugé « insupportable, le discours sur l’assistanat » relevant que, depuis 2004 du fait de la décentralisation du RMI aux départements, « la dette cumulée de l’Etat vis-à-vis du département de Paris atteint, au titre du RMI, 82 millions d’euros « .
Elle s’est félicitée du « résultat encourageant » de la baisse du nombre de Rmistes, ajoutant : « Nous ne baissons pas la garde. »
Selon la mairie, les mesures du plan départemental d’insertion ont permis à 6 310 Rmistes de retrouver un emploi en 2006 et, a souligné Christian Sautter, l’objectif est de 7 500 pour les années suivantes.
Spécificité parisienne, les trois quarts des allocataires bénéficient d’un suivi personnalisé, avec une forte augmentation du nombre des contrats d’insertion, passés de 11% en 2001 à 41% en mars 2007.
L’importance du nombre de Rmistes (18%) dans le secteur artistique est aussi spécifique à la capitale, avec une « situation chaotique », selon Mylène Stambouli, adjointe à la lutte contre l’exclusion, depuis la réforme du système d’indemnisation des intermittents du spectacle. A Paris, 33% des Rmistes le sont depuis plus de quatre ans et 26% depuis moins d’un an, 26% ayant le niveau bac+3.