logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/134405/les-deserts-medicaux-existent-aussi-en-ville-denonce-l%e2%80%99ufc-que-choisir/

DÉMOGRAPHIE MÉDICALE
Les déserts médicaux existent aussi en ville, dénonce l’UFC-Que choisir
Agathe Vovardavec l'AFP | A la une | Actu expert santé social | France | Publié le 16/10/2012 | Mis à jour le 17/06/2015

C’est surtout par l’accès aux spécialistes que la fracture sanitaire se fait sentir, selon une étude de l’UFC-Que choisir présentée mardi 16 octobre 2012. La présence de médecins proches n’est plus une garantie pour un accès suffisant. Encore faut-il pouvoir payer des dépassements.

L’association de défense des consommateurs s’est intéressée à l’accès aux généralistes et à trois types de spécialistes, choisis dans la mesure où ils sont accessibles sans passer par son médecin référent.
L’étude montre « assez peu de tensions en termes d’accès aux médecins généralistes », souligne Daniel Bideau, administrateur de l’UFC-Que Choisir. 5 % de la population se trouve dans un désert médical (territoires dont la densité des médecins par rapport à la population est 60 % inférieure à la moyenne nationale) (mais l’accès à un généraliste reste difficile(1) pour 22 % de la population).

En ce qui concerne les pédiatres, l’inégalité se fait davantage sentir. 28 % de la population souhaitant avoir recours à un pédiatre qui ne pratique pas de dépassement d’honoraires vit dans un désert médical.
Et même pour les personnes qui peuvent payer plus cher, la situation est choquante. Avec ces critères d’absence de limite de tarifs, 20 % de la population se trouve dans un ...

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN