Tourisme

La circulation des engins chenillés sur les pistes de skis est-elle autorisée ?

Par • Club : Club Techni.Cités

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Non. La circulation des engins motorisés dans les espaces naturels est réglementée par le Code de l’environnement dont l’article L.362-1 interdit la circulation des véhicules terrestres à moteur dans les espaces naturels en dehors des voies ouvertes à la circulation publique.

De surcroît, les engins chenillés sont soumis à l’interdiction édictée par l’article L.362-3 du Code de l’environnement pour les engins motorisés conçus pour la progression sur neige à des fins de loisirs : « L’utilisation, à des fins de loisirs, d’engins motorisés conçus pour la progression sur neige est interdite, sauf sur les terrains ouverts dans les conditions prévues au premier alinéa. »

Les engins motorisés ne peuvent être utilisés qu’à des fins professionnelles pour l’exploitation du domaine skiable, le ravitaillement des restaurants d’altitude et par voie de conséquence le convoyage des clients de ce restaurant, suivant des modalités encadrées par arrêté du maire.

Lorsque la piste de ski de fond résulte d’une servitude instituée au sens de l’article L.342-20 du Code du tourisme, celle-ci est destinée à accueillir des loisirs de neige non motorisés.

Le Code de l’environnement autorise néanmoins la circulation des engins motorisés à des fins de loisir sur les voies ouvertes à la circulation publique, comme les chemins ruraux, qu’une piste de ski de fond peut emprunter durant les périodes d’enneigement.
Dans ce cas, les véhicules doivent être définis comme tels par l’article R.311-1 du Code de la route et doivent faire l’objet d’une procédure de réception et d’immatriculation.

Or, il apparaît que les engins chenillés ne sont ni réceptionnés ni immatriculés, et ils ne peuvent en conséquence emprunter les voies ouvertes à la circulation publique.

Par conséquent, la circulation de ces véhicules à des fins de loisirs sur les pistes de ski de fond n’est pas autorisée et l’exercice de celle activité ne peut s’effectuer dans des conditions conformes à la réglementation.

D’autre part, la réglementation du transport public routier de personnes s’applique à des véhicules destinés par construction à circuler sur le domaine routier, définis et immatriculés à cet effet.

Commentaires

1  |  réagir

03/01/2019 11h35 - Nicky Larson

Cas particulier : Aujourd’hui il existe des chenilles se fixant directement en lieu et place des roues normales pour permettre à un véhicule de tourisme classique et donc homologué d’arpenter des surfaces enneigées. On peut donc penser que l’utilisation du véhicule ainsi équipé est autorisé sur route ouverte ?

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP