Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gens du voyage

Tensions avec des agriculteurs dans le Bas-Rhin : les collectivités plaident l’impuissance

Publié le 31/07/2012 • Par Olivier Berthelin • dans : Régions

L’agression d’un groupe de gens du voyage par des hommes sur des tracteurs fin juillet 2012 à Dambach-la-ville (Bas-Rhin) suscite l’inquiétude de tous les protagonistes. Pointés du doigt pour l’absence de terrains de grands passages, les élus et les collectivités évoquent leur impuissance à gérer ce type d’accueil. Voyageurs et agriculteurs doivent souvent se débrouiller seuls dans un contexte juridique complexe aggravé par des difficultés économiques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Un champ isolé sur le ban de la commune de Dambach-la-ville (Bas-Rhin) a, le 23 juillet dernier, été le théâtre de scènes de violences inhabituelles. Des hommes sur des tracteurs ont attaqué un groupe de gens du voyage s’installant sur un terrain qu’ils ont l’habitude de louer chaque année à la même époque.
Bilan, trois blessés légers dont l’un des attaquants et plusieurs véhicules endommagés.

« Nous avons parfois des discussions difficiles avec certains propriétaires, mais cela va rarement au-delà des paroles. Si nous ne parvenons pas à un accord, le problème se règle devant le juge, pas par la violence. Je n’avais jamais vu cela, nous sommes tombés dans un véritable guet-apens », déclare le pasteur Kauffmann, responsable du groupe.

La suite des évènements a confirmé son hypothèse. Le lendemain, bien qu’un autre terrain ait été trouvé par le médiateur de la préfecture et les gendarmes, le convoi a dû être dérouté vers un troisième site à cause de la présence menaçante d’individus armés d’engins agricoles.
Néanmoins, rien ne permet d’affirmer qu’il ne s’agit pas de l’action limitée de quelques personnes. Si, lors de stationnements de groupes de gens du voyage, les conflits sont nombreux, les affrontements physiques sont rares.

Manque de terrains de grands passages officiels – Tous les protagonistes déplorent l’absence de terrains de grands passages. « Nous avons entre 6 et 7 groupes de grands passages et aucun terrain utilisables. Il nous faut négocier des solutions au cas par cas avec des maires qui pour la plupart refusent. Alors les groupes s’adressent à des agriculteurs qui sont dans des situations délicates vis-à-vis des subventions et craignent de manquer de fourrage », explique le médiateur de la préfecture du Bas-Rhin.
« Depuis deux ans, les exploitants qui d’habitude s’arrangeaient avec des voyageurs pour une ou deux semaines sont plus réticents », précise l’agent de l’Etat.

« Ce n’est pas les 800 euros que donnent les voyageurs qui vont nourrir les bêtes en hiver. Après une semaine de caravanes l’herbe repousse, certes, mais lentement », confie un éleveur qui décrit des pratiques délicates.
Louer un terrain à des gens du voyage peut être une opération bénéfique pour le propriétaire qui légalement est maître de l’usage de sa propriété. Il peut à la fois encaisser l’argent des voyageurs, toucher des indemnités de la part des collectivités et des assureurs tout en gardant le bénéfice des subventions.
« Avec la crise, collectivités et assureurs se font de plus en plus rigoureux et nous ne touchons plus les subventions en cas de passages de caravanes », précise-t-il en déplorant que les maires ne prennent pas leurs responsabilités en organisant les stationnements.

Elus ruraux : « Le maire est impuissant » – « Le maire est impuissant vis-à-vis de la question des gens du voyage, car tout le monde à peur d’intervenir », plaide Michel Fournier, de l’association des maires ruraux de France.

Ce dernier constate que lorsqu’il existe des terrains de grands passages inutilisés par les groupes, les juges bien souvent tranchent en faveur des voyageurs qui plaident le mauvais état des sites officiels(1).

« Le problème c’est la perte d’autorité des maires et l’inaction de l’Etat », précise l’élu local. « A côté des gens du voyage, nous voyons se développer le phénomène des camping-cars individuels qui s’installent parfois pendant des semaines, même sur le parking de la mairie », ajoute Michel Fournier.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Notes

Note 01 cf la décision du tribunal administratif de Montpelier au sujet du terrain de grand passage de Lattes. Retour au texte

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Tensions avec des agriculteurs dans le Bas-Rhin : les collectivités plaident l’impuissance

Votre e-mail ne sera pas publié

Luffy

17/08/2012 11h59

« les juges bien souvent tranchent en faveur des voyageurs qui plaident le mauvais état des sites officiels » => Non mais ils se foutent de qui eux ? C’est trop facile de faire du social quand on n’a pas à financer ou supporter quoi que ce soit ! Qu’on les dégage une bonne fois pour toute ! Français ou pas, ils entrent dans le système ou alors on leur fait payer le prix MAX pour supporter ces gens là !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement