Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • Cabinets ministériels : les territoriaux victimes d’une discrimination, selon l’administrateur Jacques Marsaud

fonction publique

Cabinets ministériels : les territoriaux victimes d’une discrimination, selon l’administrateur Jacques Marsaud

Publié le 30/07/2012 • Par Agathe Vovard • dans : A la une, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Elysée
Gazette
L'administrateur territorial a écrit à René-Pierre Lemas, secrétaire général de la Présidence de la République. Dans ce courrier du 18 juillet 2012, il regrette que le nombre de collaborateurs des cabinets ministériels issus de la territoriale ne soit pas plus important.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est une déception pour le haut cadre de la FPT qui a donné à son courrier l’objet suivant : « Et la territoriale, Monsieur le secrétaire général de la Présidence de la République ? » Le nombre de territoriaux nommés au sein des cabinets ministériels se compte « sur les doigts d’une main ».

« Pourquoi priver l’action gouvernementale des compétences (…) de fonctionnaires de terrain, gestionnaires de qualité, familiers du travail au quotidien avec les élus pour la conception et la mise en œuvre de politiques publiques ? », s’interroge-t-il notamment.

Le DGS de la communauté d’agglomération Plaine Commune (Seine-Saint-Denis) interpelle aussi : « Faut-il être passé obligatoirement par l’ENA pour avoir l’honneur de servir la République au plus haut niveau de l’Etat ? », alors qu’il existe des cadres dirigeants territoriaux « remarquablement formés maintenant depuis 20 ans par une autre grande école de la fonction publique, l’Institut national des études territoriales ».

Porte-parole d’une grande majorité de la profession – « Je sais me faire le porte-parole d’une grande majorité de la profession qui ne comprend pas cette non reconnaissance de la diversité et de la richesse de la FPT issue des grandes lois de décentralisation », écrit encore l’administrateur.
Non sans indiquer être convaincu qu’il s’adresse à « un décentralisateur et un ami de la territoriale », Pierre-René Lemas ayant en effet notamment travaillé à l’élaboration de la loi du 26 janvier 1984 qui crée la FPT et exercé les fonctions de DGCL.

Cet article est en relation avec le dossier

5 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Cabinets ministériels : les territoriaux victimes d’une discrimination, selon l’administrateur Jacques Marsaud

Votre e-mail ne sera pas publié

Personne

31/07/2012 08h35

« Les chiens aboient, la caravane passe » …

ALIMAS

31/07/2012 09h58

(09A954A01). DISCRIMINATION OU CONFLITS D’INTÉRÊTS ! Soyons un tout petit peu sérieux ! Les couleuvres, ça suffit ! Ce n’est ni un problème de discrimination et ni un problème de compétences ! C’est tout simplement un problème de conflits d’intérêts, résultant de notre trépied démocratique (fonction politique, fonction publique et société civile). À chaque nouvelle mandature, les nouveaux dirigeants se partagent le pouvoir (au sens politique du terme), ce dernier étant le sésame pour obtenir les places, investitures, missions, commissions, salaires, indemnités, avantages, privilèges, etc. … et les honneurs qui vont avec.

En somme, après avoir participé (via le bulletin de vote) à la «lutte des places» (avant les élections), la juste distribution (après les élections) que les personnes concernées attendaient, solidaire, équitable et réciproque n’est pas au rendez-vous ?! La fonction publique tout naturellement, se plaint de la fonction politique au niveau du partage des parts du fromage … ! La fonction politique se sert les meilleures parts.

Il est quand même bien installé dans notre système démocratique, que la candidature à un mandat politique, ne donne aucune garantie de compétences ! Par contre, l’élu, s’il obtient un poste à responsabilité dans un Conseil exécutif, va tout naturellement et légalement vouloir préférer et s’entourer d’amis proches, pour mettre en œuvre (ou pas), les promesses électorales ; c’est précisément là, qu’interviennent réellement, les conflits d’intérêts … !

maison

31/07/2012 10h46

Trop de fonctionnaires d’Etat revient à un immobilisme et un manque d’idées, de compétences, ou d’idées inapplicables (parfaite inconnaissnce du terrain) mais trop de foncionnaires de la Territoriale peut se traduire pr un lobbying

Territorial

01/08/2012 12h33

Qui est M. Jacques Marsaud? Personne.
Qu’est M. Jacques Marsaud? Rien sinon le DGS de la Communauté d’agglomération Plaine Commune (iste).
Que représente M. Jacques Marsaud? Personne, mis à part lui même.

Laurent

02/08/2012 10h26

Complètement d’accord avec la position de M. MARSAUD même si cette absence de passerelle me gène beaucoup moins que l’inverse.
En effet, il n’y aucune forme de discrimination envers les fonctionnaires d’État dans les collectivités ou l’on constate de plus en plus de fonctionnaires d’État à des postes de responsabilités : DGS, DGA, Directeur, Responsable de Service. Ce qui pose plusieurs questions et difficultés :
– quid des fonctionnaires territoriaux formés, compétents et sur listes d’aptitudes ?
– par expérience quotidienne, ces fonctionnaires d’État ne travaillent pas de la même façon et notamment dans leur rapports aux élus (ils se prennent pour leurs égaux voire dans certains décident à leur place). Ce qui m’interroge le plus c’est qu’ils arrivent avec leurs modes de faire de l’État et ne cherchent pas à s’adapter aux spécificités de la FTP. Et quand on voit comment ont été gérées certaines administrations ça fait peur.
– impacts budgétaires non négligeables car vous n’êtes pas sans savoir qu’une collectivité paie pour un fonctionnaire de l’État, autant de charges que le montant de son salaire.
Bref, je ne vois pas l’intérêt de prendre des fonctionnaires d’État dans la FPT car en plus quand il y en un qui rentre à un poste de responsabilité, vous pouvez être certains qu’il fera renter tous ses copains.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement